L’approche par la donnée et sa liaison au facteur humain

L’approche par la donnée possède quand l’on s’y penche un caractère très technique de l’activité d’une organisation universitaire, universitaire ici s’entendant comme concernant les universités et les établissements.
S’appuyant sur ce que les services échangent, produisent ou récoltent, la donnée universitaire vit avec son jeu de métadonnées et ces processus métiers associés : il en résulte parfois un agglomérat de spécificités de forme de ces données.
Le risque est alors grand de faire de la gouvernance de la donnée universitaire un objet purement technique, là où l’humain, nos usagers comme nos membres de l’université sont particulièrement concernés. Des mouvements très récents apparaissant de manière systématique sous l’appellation user-centric dans les systèmes d’information. Intéressons-nous ainsi aux usagers.
La donnée et les étudiants
L’Enseignement supérieur et de la recherche est parfois considéré comme un marché, celui de la connaissance, l’étudiant ou le stagiaire pourrait être ainsi considéré comme un « client » d’un point de vue système d’information. La donnée liée à l’étudiant est aujourd’hui partout avec la multiplication des canaux (réseaux socionumériques, connexion wifi sur le campus, prêt de livre, traces sur la plateforme de formation…) : ce sont autant de points de contacts avec lui. Tout l’enjeu serait d’obtenir une vision 360° de l’étudiant pour lui adresser le bon message au bon moment et personnaliser son expérience tout au long de son parcours de formation ou de sa vie étudiante. On voit ici aussi la précaution à prendre en termes de respect règlement général sur la protection des données (RGPD).
La donnée et les membres de l’établissement
Avec les membres, le rapport à la donnée est double. Comme les étudiants, l’université détient des données sur chacun des membres, données professionnelles (RH, financière,…) mais aussi à caractères personnels au sens de la CNIL. Mieux connaitre ses membres en respectant le RGPD, pourrait faciliter l’expérience de chacun d’entre nous, nous évitant, par exemple, des multiples saisies lors de nos démarches administratives internes (promotion, frais de mission, déclaration de service…). On pourrait aussi permettre également la personnalisation des outils en fonction du type de statut, du contrat…
Mais la donnée pour les membres c’est aussi le respect de la qualité des données, quelle que soit notre fonction dans l’organisation. Une bonne saisie, un étudiant qui change de filière en respectant le processus, la transmission de tout changement de situation personnelle, l’information de tout changement en cours d’année universitaire sont des exemples courants, qui nous concernent potentiellement tous, et pour lesquels nous devons penser tous et toutes à fiabiliser la donnée dans le système d’informations.
Au sein de la direction de l’établissement
Le pilotage par indicateurs analytiques, par exemple plafond d’emploi en RH, repose sur des seuils et sur des calculs s’appuyant sur la donnée. Dans ce cas la donnée permettrait avant tout d’anticiper les coûts, de prévoir avant de décider : c’est une aide à la décision qui deviendrait indispensable tant les universités et les établissements se complexifient.
Avec les partenaires
Le rôle crucial pris par la donnée pourrait la faire changer de valeur. Cela pourrait devenir un actif stratégique en interne, mais aussi pourrait également être valorisée auprès des partenaires, ou bien ouvertes.
En guise de conclusion, nous pensons que la donnée doit être abordée comme un concept global qui touche chacun d’entre nous, les acteurs de l’Enseignement supérieur et de la recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.