Les observatoiresdu numérique

Présentation non exhaustive de ces structures qui passent
les usages du numérique au crible pour partager et améliorer, toujours.

Préambule : Article paru dans la collection numérique de l’Amue N°22 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’ESRaoût 2022.

Les usages numériques apportent une vision complémentaire à la vision classique des technologies numériques, indispensables à ce jour. Mais comment bien connaitre ses usagers ? que sont-ils capables de faire ? que souhaitent-ils pour service ? avec leur smartphone ? avec un ordinateur ? sur une plateforme dans le cloud ?

Tant de questions que l’on peut raisonnablement se poser avant de rencontrer son premier utilisateur satisfait, qui le sera d’autant que le concepteur connaitra son usager cible ou bien que cet usager cible participera à la conception.

Observatoires des usages du numérique

C’est ainsi que ce dispositif, un observatoire des usages du numérique, s’est peu à peu généralisé depuis une bonne dizaine d’année et cela par contexte à différents lieux des politiques publiques. Ils permettent de proposer une vision des usages et des outils mis en œuvre par une population donnée dans une logique de gouvernance numérique publique sur un territoire donné ou bien de facilitation de conception de nouveaux services numériques.

Sans en faire une liste exhaustive, nous partageons ici un certain nombre d’observatoires des usages du numérique.

OMNI de Marsouin (Môle Armoricain de Recherche sur la SOciété de l’Information et les Usages d’INternet)

 

Sûrement un des plus anciens en France, Marsouin est un Groupement d’Intérêt Scientifique créé en 2002 à l’initiative du Conseil Régional de Bretagne. Il rassemble les équipes de recherche en sciences humaines et sociales des quatre universités bretonnes et de trois grandes écoles, soit 18 laboratoires, qui travaillent sur les usages numériques. Trois laboratoires ligériens sont également associés au réseau. Marsouin totalise environ 200 chercheurs en sciences sociales de l’Ouest.

OMNI est l’Observatoire de Marsouin pour l’étude des usages du numérique et de l’Innovation qui présente des études réalisées et des données associées.

page web omni

Pôle numérique commun Arcep-CSA

 Beaucoup plus récemment, le Pôle numérique Arcep – CSA est installé le 2 mars 2020 pour « approfondir l’analyse technique et économique des marchés du numérique des deux régulateurs et de les accompagner dans la mise en place de leurs nouvelles missions de régulation dans le domaine du numérique. Il vise également à mettre à disposition du grand public des données de référence communes sur ces sujets. » On y retrouve les enquêtes annuelles des usages à domicile des français, mais aussi les types de connexions utilisées. Le premier “référentiel” est marqué par une forte hausse de la consultation de contenus audiovisuels pendant le premier confinement lié à la pandémie.

Et les universités ?

En 2016 puis en 2019, les établissements membres de Normandie Université, les universités de Caen Normandie, Le Havre Normandie, de Rouen Normandie, l’ENSICAEN, l’INSA Rouen Normandie et l’ENSA Normandie, ont proposé à leurs étudiants et personnels de répondre à des enquêtes sur les outils numériques mis à disposition de la communauté universitaire par Normandie Université.

L’association des Vice-présidents numérique proposent une enquête réalisée en 2019 permettant de constater les changements apportés sur les outils et leurs usages durant la période de confinement de 2020

Enfin lors de la dernière formation des DSI/DSIN à l’IH2EF en partenariat avec Amue, CSIESR et ADSI-ESR, l’enquête de satisfaction de l’Université de Strasbourg a été présentée, une forme plus réduite d’observatoires des usages car on n’interroge ici « que » les services proposés par l’université, mais utiles à la compréhension des usages des acteurs de l’établissement, membres comme usagers.

Article en complément

Usages numériques : quelles pratiques en 2020 ?

Une présentation du référentiel numérique Arcep-CSA

https://www.vie-publique.fr/en-bref/278458-larcep-et-le-csa-publient-un-referentiel-des-usages-numeriques

Same players shoots again

Où l’on fait le parallèle entre un modèle de sociologie des usages et « Les usages du numérique universitaire » de la collection numérique

Préambule : Article paru dans la collection numérique de l’Amue N°22 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’ESRaoût 2022. Auteurs : Bertrand Mocquet et David Rongeat, Pôle Stratégie et Transformation numérique, Amue

Heureux de confier l’édito à Serge Proulx, chercheur québécois qui en 2005, déjà, propose un modèle sous l’appellation de « construction sociale des usages »[1] laissant penser qu’il n’y a pas de stabilité dans la sociologie des usages des technologies numériques mais que des évolutions.

Il souligne aussi que « cinq registres distincts fournissent des catégories analytiques susceptibles de construire l’interprétation des pratiques d’usage que l’on observe »

  1. L’interaction dialogique entre l’utilisateur et le dispositif technique ;
  2. La coordination entre l’usager et le concepteur du dispositif ;
  3. La situation de l’usage dans un contexte de pratiques (c’est à ce niveau que l’on pourrait parler de l’expérience de l’usager) ;
  4. L’inscription de dimensions politique et morale dans le design de l’objet technique et dans la configuration de l’usager ;
  5. L’ancrage social et historique des usages dans un ensemble de macrostructures (formations discursives, matrices culturelles, systèmes de rapports sociaux) qui en constituent les formes.

Il n’y a plus de déterminisme technologique, mais bien une relation de réciprocité entre les technologies numériques et les humains qui les utilisent, l’un nourrissant l’autre et vice-versa…

Transféré dans le contexte du numérique universitaire, nous reconnaissons bien les éléments de construction des solutions technologiques mises en œuvre çà et là dans l’ESR français, et plus particulièrement au sein de l’Amue.

Pour le point 1, on identifie bien les modalités d’ateliers agiles pour les projets comme PC-SCOL ou CAPLAB ou les club’U ou lab’U mis en place chaque année pour les autres solutions proposées aux universités et établissements.

Les points 2 et 3 sont aussi abordés dans le cadre des copils des projets, avec ici une logique de priorisation qui apparait selon des critères indispensables au métier, tout en tenant compte des contraintes budgétaires inhérentes aux politiques publics actuelles. 

Les dimensions politique et morale sont inscrites aussi dans la construction de nos solutions, puisque que la conformité à la règlementation, au RGPD et la PSSI sont des fonctions contraintes. A cela s’ajoute l’ouverture du code, des données, pour lequel l’Amue entame une transformation douce, solution par solution. 

Enfin le point 5, cet ancrage dans notre écosystème, apparait sous la forme de veille abordée de façon régulière depuis 4 ans au sein d’un numéro, notre marronnier de fin d’été. Trois numéros sont ainsi disponibles en complément de celui-ci et proposent des cas d’usages observés et partagés par des collègues montrant toute l’ingéniosité et la créativité au sein d’un établissement. Notre vœu et action sur ce point est bien de vous partager ce panorama d’usages et de pratiques professionnelles dans un contexte universitaire, où le numérique est un levier autant qu’un moyen pour de nombreux domaines.

N°04 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’Enseignement supérieur et de la recherche, juillet 2019N°10 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’Enseignement supérieur et de la recherche  saison 2, juillet 2020
N°16 – Usages numériques dans l’ESR, août 2021N°22 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’ESR, août 2022
Les numéros sur les usages du numérique universitaire

[1] Proulx, S. (2005). Penser les usages des TIC aujourd’hui: enjeux, modèles, tendances. Enjeux et usages des TIC: aspects sociaux et culturels1, 7-20. Disponible https://sergeproulx.uqam.ca/wp-content/uploads/2010/12/2005-proulx-penser-les-usa-43.pdf

Schéma directeur du numérique et agilité organisationnelle : Une histoire de design numérique…

Préambule : Edito paru dans l Collection numérique de l’Amue N°21 – Strategie et schema directeur du numeriquejuin 2022

La rédaction d’un document de type « schéma directeur » de la gouvernance suffit-elle ? Comment manager cette transformation en tenant compte du paradoxe apparent entre démocratisation des usages numériques et gouvernance d’une organisation publique en transformation numérique ? Il apparaît nécessaire de trouver une combinaison entre gouvernance et démocratisation, voire envisager une combinaison des deux.

Cette combinaison est envisageable si l’organisation est « adaptative » [1], si son « design organisationnel » a tenu compte de sa : «  faculté de produire des objets nouveaux, innovants en poursuivant un but (un idéal) : faire plus vite? faire mieux ? » (Vieira, 2014).[2]

Une solution observée est l’agilité à l’instar de la conception de design numérique. Cette « agilité organisationnelle » [3] ne peut-elle pas apporter à cette structuration des organisations et proposer des actions-réactions plus à l’image de la réactivité des organisations qu’imposent le numérique : le meilleur exemple peut venir de la création des MOOC qui n’auraient pu être présents dans un schéma directeur antérieur à 2013.

Il s’agit alors de mettre en place un pilotage de l’organisation du numérique en s’appuyant sur des concepts d’agilité, nés de la nécessité de mieux programmer les applications informatiques [4]: ce pilotage s’appuie sur une stratégie du numérique explicitée.

L’agilité organisationnelle est « la capacité d’adaptation permanente de l’entreprise en réponse à un environnement caractérisé par la complexité, la turbulence et l’incertitude » [5]

Nous proposons d’adapter « Les 12 concepts clés » de cette agilité vers la conception agile des organisations à l’université, dans un premier temps en faisant une analogie des acteurs.

Conception agile des applicationsConception agile des organisations à l’université
Le commanditaireLa gouvernance
Les développeursL’équipe en charge du numérique
Les utilisateursLes usagers

Tableau 1 : Les acteurs de l’agilité de l’université

Puis dans un deuxième temps, en proposant une nouvelle rédaction des 12 concepts adaptés à aux organisation de l’université.

Conception agile des applications AGILE MANIFESTOConception agile des organisations à l’université
Notre plus haute priorité est de satisfaire le client en livrant rapidement et régulièrement des fonctionnalités à grande valeur ajoutée.Notre plus haute priorité est de satisfaire l’usager de l’université en livrant rapidement et régulièrement des fonctionnalités à grande valeur ajoutée.
Accueillez positivement les changements de besoins, même tard dans le projet. Les processus Agiles exploitent le changement pour donner un avantage compétitif au client.Accueillez positivement les changements de besoins, même tard dans le projet. Les processus Agiles exploitent le changement pour donner un avantage compétitif à l’usager.
Livrez fréquemment un logiciel opérationnel avec des cycles de quelques semaines à quelques mois et une préférence pour les plus courts.Livrez fréquemment des états d’avancement du projet avec des cycles de quelques semaines à quelques mois et une préférence pour les plus courts.
Les utilisateurs ou leurs représentants et les développeurs doivent travailler ensemble quotidiennement tout au long du projet.  Les usagers ou leurs représentants et l’équipe en charge du numérique doivent travailler ensemble quotidiennement tout au long du projet.  
Réalisez les projets avec des personnes motivées. Fournissez-leur l’environnement et le soutien dont ils ont besoin et faites-leur confiance pour atteindre les objectifs fixés.Réalisez les projets avec des personnes motivées. Fournissez-leur l’environnement et le soutien dont ils ont besoin et faites-leur confiance pour atteindre les objectifs fixés.
La méthode la plus simple et la plus efficace pour transmettre de l’information à l’équipe de développement et à l’intérieur de celle-ci est le dialogue en face à face.La méthode la plus simple et la plus efficace pour transmettre de l’information à l’équipe en charge du numérique et à l’intérieur de celle-ci est le dialogue en face à face.
Un logiciel opérationnel est la principale mesure d’avancement.Un projet numérique opérationnel est la principale mesure d’avancement.
Les processus Agiles encouragent un rythme de développement soutenable. Ensemble, les commanditaires, les développeurs et les utilisateurs devraient être capables de maintenir indéfiniment un rythme constant.Les processus Agiles encouragent un rythme de développement soutenable. Ensemble, la gouvernance, l’équipe en charge du numérique et les usagers devraient être capables de maintenir indéfiniment un rythme constant.
Une attention continue à l’excellence technique et à une bonne conception renforce l’Agilité.Une attention continue à l’efficience et à une bonne organisation renforce l’Agilité.
La simplicité – c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile – est essentielle.La simplicité – c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile – est essentielle.
Les meilleures architectures, spécifications et conceptions émergent d’équipes auto-organisées.Les meilleures organisations émergent d’équipes auto-organisées.
À intervalles réguliers, l’équipe réfléchit aux moyens de devenir plus efficace, puis règle et modifie son comportement en conséquence.À intervalles réguliers, la gouvernance, l’équipe en charge du numérique, et les usagers  réfléchit aux moyens de devenir plus efficace, puis règle et modifie son comportement en conséquence.

Tableau 2: Les 12 concepts d’agilité appliqués au numérique universitaire

Ce pilotage implique un mode collaboratif des différentes parties prenantes de la mise en œuvre du numérique, et des consultations régulières des usagers eux-mêmes via des enquêtes.

L’organisation agile impose donc nouvelle organisation et un nouveau positionnement de la gouvernance des universités, car il apparaît ainsi un processus ascendant ou Bottom-Up.


[1] Barbaroux, P. (2010). Modularité de l’organisation et design des organisations adaptatives : une analyse de la transformation des organisations de défense americaines. Innovations, 31(1), 33. http://doi.org/10.3917/inno.031.0033

[2] Vieira, L. (2014). Design, vous avez dit Design? Présenté à EUTIC 2014, Lisboa. Consulté à l’adresse http://www.citi.pt/eutic2014/files/actas-eutic-2014.pdf 

[3] Boudarel, M.-R. (2010). Modéliser pour changer. Projectics / Proyéctica / Projectique, 4(1), 79 94. Consulté à l’adresse http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=PROJ_004_0079

[4] Agile Alliance. (2001). Manifesto for Agile Software Development. Consulté 28 juillet 2015, à l’adresse http://www.agilemanifesto.org/

[5] Goldman, S. L., & Preiss, K. (1994). Agile Competitors and Virtual Organizations: Strategies for Enriching the Customer (1 edition). New York: Wiley.

Un Rôle des technologies numériques dans les stratégies d’apprentissages des étudiants

En s’appuyant sur les travaux de Weinstein et Mayer (1986), les stratégies d’apprentissage peuvent être définies comme « des actes conscients (comportements, pensées, méthodes, moyens, procédures ou techniques) qui favorisent la démonstration des compétences et qui sont choisis en fonction de la situation et de l’objectif à atteindre » (Barbeau, Frenette, & Hébert, 2021). Pratiquement, pour nous, la situation s’appuie sur les moments dans sa formation où l’apprenant estime sa réussite quant au travail à mener pour valider son Unité d’Enseignement (UE), et évalue, en amont ou durant le déroulement des activités liées à l’apprentissage, les tâches à réaliser.

Dans une tâche simple, linéaire dans le temps, associée à une seule UE de sa formation, guidée par un seul enseignant, il est évident pour l’étudiant de s’autopositionner ou de se positionner au travers des discussions entre pairs, ou avec l’enseignant lors d’évaluation formative.

Pour des tâches plus complexes, c’est-à-dire amenant à la construction d’une compétence dans une organisation pédagogique conçue pour développer des compétences (GeorGes, Poumay, & Tardif, 2017), et pouvant potentiellement mobiliser plusieurs tâches dans plusieurs UE, nous pensons que les stratégies d’apprentissage sont plus difficiles à mener par l’étudiant, et ceci pourrait poser un souci à sa réussite. En effet, nous pensons, qu’elles nécessitent une compréhension de l’offre de formation dans sa globalité, et connaissance des compétences mobilisées par élément de formation. Cette information, le « quoi-faire pour monter en compétence », si vous me permettez cette expression,  est avec des formations qui se complexifient plus difficile à appréhender dans les éléments de communication liés au plan de formation : un synopsis, un fil d’Ariane dans le LMS ou autre communication sur la formation.

Nous partageons l’idée que l’introduction des technologies numériques dans l’environnement d’apprentissage agit sur la perception de l’environnement dans lequel l’étudiant apprend et peut interférer avec les choix de ses stratégies d’apprentissages (Al-Kadri et al., 2011; Al-Kadri et al., 2009; Gijbels et al., 2008). Elles ont ainsi un nouveau rôle à jouer : positionner le parcours réalisé de l’étudiant vis-à-vis de l’offre de formation globale.

Nous nous intéressons ainsi au cas de formation outillée par un LMS ou un e-portfolio. Nous pensons judicieux qu’un dashboard étudiant présentant une synthèse des éléments réalisés par cours mais aussi par compétences mobilisées ou acquises serait un plus. Pour ce dashboard, il est reconnu que « les points forts de ce tableau de bord sont au nombre de trois : 1) la participation des élèves au processus de conception globale, 2) la possibilité pour les élèves de personnaliser le tableau de bord, 3) la possibilité de définir des objectifs personnalisés » (Gras, Brun, & Boyer, 2020). Cette nouvelle rétroaction, idéalement affichée en homepage du cours e ligne lié la formation, pouvant prendre la forme de jauge (Fitzsimmons & Croft, 2018) offre une nouvelle vision plus globale de la formation et comment l’étudiant y répond ou a répondu avec succès ou non.

C’est ainsi le point de départ de nouveau choix dans les apprentissages des étudiants, qui pourront ainsi orienter leurs efforts vers les points à améliorer plus aisément et conduire à un succès dans les apprentissages.

Bibliographie

Al Kadri, H. M., Al-Moamary, M. S., & van der Vleuten, C. (2009). Students’ and teachers’ perceptions of clinical assessment program : A qualitative study in a PBL curriculum. BMC research notes, 2(1), 1‑7.

Al-Kadri, H. M., Al-Moamary, M. S., Roberts, C., & Van der Vleuten, C. P. (2012). Exploring assessment factors contributing to students’ study strategies : Literature review. Medical teacher, 34(sup1), S42‑S50.

Barbeau, N., Frenette, E., & Hébert, M.-H. (2021). Et si les stratégies d’apprentissage des étudiants et leurs perceptions envers l’évaluation des apprentissages avaient un lien avec l’ajustement académique dans un contexte de persévérance aux études universitaires? Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, 37(2). https://doi.org/10.4000/ripes.2807

Fitzsimmons, P., & Croft, J. B. (2018). Check Your Dashboard, Your Gauges May Be High!

GeorGes, F., Poumay, M., & Tardif, J. (2017). Sept expériences d’appropriation des compétences. Organiser la formation à partir des compétences : Un pari gagnant pour l’apprentissage dans le supérieur, 151.

Gijbels, D., Segers, M., & Struyf, E. (2008). Constructivist learning environments and the (im) possibility to change students’ perceptions of assessment demands and approaches to learning. Instructional Science, 36(5), 431‑443.

Gras, B., Brun, A., & Boyer, A. (2020). For and by student dashboards design to address dropout. Dans Companion Proceedings 10th International Conference on Learning Analytics & Knowledge (LAK20), Workshop on Addressing Drop-Out Rates in Higher Education (ADORE’20).

Poumay, M., Tardif, J., Georges, F., & Scallon, G. (2017). Organiser la formation à partir des compétences : Un pari gagnant pour l’apprentissage dans le supérieur. (S.l.): De Boeck supérieur.

Weinstein, C. E., & Mayer, R. E. (1986). The teaching of learning strategies in M, wittrock (ED) hand book of research on teaching pp (315-327). New Yourk, Macillan.

Tous concernés par la sécurité numérique

Préambule : Edito paru dans l Collection numérique de l’Amue N°17 – Sécurité des systèmes d’information, octobre 2021

Des cibles fort probables pour les pirates

Dans le monde entier, les universités et établissements sont des cibles « intéressantes » pour les pirates. Et pour cause, elles concentrent en un seul point, des données personnelles sensibles en nombre (les usagers comme les membres) mais aussi des données de recherche potentiellement stratégiques économiquement (brevet, jeu de données, …) : il y a peu d’organisations publiques qui concentrent autant d’intérêt en termes de marchandisations des données collectées. Leur probabilité d’attaques est donc forte, et quotidiennement.  Vivre un piratage, c’est souvent l’occasion d’améliorer les pratiques numériques de l’organisation, de repenser les mécanismes, non pas comme un échec, mais comme une mise en évidence de pistes d’amélioration.

Des vulnérabilités au niveau du système d’information

Comme vous le lirez dans la plupart des articles, les risques de vulnérabilité du Système d’Information (SI) ne sont pas uniquement liés à des technologies pas ou peu entretenues (accès au matériel ou mise à jour logiciel), ce sont aussi des pratiques et usages d’employés ou d’usagers qui permettent ce type d’intrusion illégale. Par inadvertance, par manque de formation ou par négligence, il peut arriver que l’une des portes du SI (login ; Mot de Passe) s’ouvre en un seul point du système d’information, par exemple l’ouverture d’une pièce jointe associée à un mail.

Un impact sur l’organisation

On l’a vu dans le cas des Ransomwares, la perte des données produites par l’établissement, qu’elles soient scientifiques ou administratives, met l’activité de l’établissement dans une situation proche de la paralysie pour plusieurs jours voire semaines.  C’est un sujet stratégique pour l’organisation que de mieux appréhender la sécurité numérique.

Le risque de sécurité numérique et son traitement

Probabilité, vulnérabilité et impact sont les trois composants d’un risque en sécurité du système d’information (SSI) (CNRS, 2014). Traiter comme un risque pour l’organisation devient un autre paradigme de résolution, celui de rendre robuste son organisation en évaluant le risque : c’est bien de la stratégie de l’établissement ou de l’université dont on parle.

Ce numéro propose de regarder ce risque droit dans les yeux, en faisant ainsi la part belle à la vulgarisation des termes employés, à des recommandations d’institutions mais aussi à des témoignages de praticiens luttant au quotidien pour éviter le pire ou réparer les destructions.

Au fait, c’est quand la dernière fois que vous avez changé vos mots de passe ?

Bonne lecture.

Bibliographie

CNRS. (2014). Guide de Bonnes Pratiques pour les Administrateurs Systèmes et Réseaux. Repéré à https://gbp.resinfo.org/?p=70

ISO/CEI 27002. (2021). Dans Wikipédia. Repéré à https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=ISO/CEI_27002&oldid=180977061

Nunès, P. E. (2021). Les universités, cible de choix des hackeurs. La Matinale du Monde. Repéré dans Europresse 

Vers de nouveaux usages ?

Préambule : article paru dans la collection numérique de l’Amue N°16 – Usages numériques dans l’ESR, août 2021

Nouveaux usages

Nous avions déjà exprimé notre point de vue sur l‘importance de bien connaitre et comprendre les usages et pratiques professionnelles des acteurs (étudiants ou personnels) des universités et établissements lors de précédents articles : l’un des arguments est que dans une logique de conception centrée sur l’utilisateur, la solution a plus de chance de couvrir le besoin fonctionnel.

Ainsi, se pose un nouveau défi, comment provoquer la résolution des nouveaux usages numériques, non couverts à ce jour par toutes les solutions proposées dans le contexte du numérique universitaire ? Une des possibilités serait de développer un processus d’innovation qui s’appuierait sur un réseau d’entreprises extérieures à notre système universitaire – cette démarche existe dans les usages numériques de tous les jours – et de les challenger aux travers de cas relevant de problèmes non résolus à ce jour, des « irritants », compris ici comme ce qui peut nuire à l’usage et au bon fonctionnement selon la méthode agile.

Pour faire cela, aller vers les start-ups et les entreprises innovantes dans le numérique, nous devions davantage expliquer la vie de tous les jours des acteurs des universités : 1/sans DSI nationale, le MESRI est le seul qui compte sur ses opérateurs pour développer son numérique,  une véritable spécificité dans la fonction publique d’Etat 2/ nos usages, hors la classe ou non recherche, sont inconnus des entreprises pouvant nous aider.

Provoquer des nouvelles interactions : la journée Open Innovation avec M3M

Les premières Rencontres Open innovation autour du numérique universitaire sont nées de la convention entre l’Agence de Mutualisation des Universités et Etablissements (Amue) et Montpellier méditerranée métropole (M3M). Elles ont été organisées, les 5 et 6 juillet 2021, dans le deuxième meilleur incubateur mondial en 2018 et dans le TOP 5 en 2019 du classement UBI Global, le BIC (Business & Innovation Centre) de Montpellier. Ces rencontres, un dispositif innovant de l’Amue, ont permis, le temps d’une journée, de mettre en relation des acteurs de l’Enseignement supérieur et de la recherche français (principalement de la Région Occitanie cette année) avec l’écosystème numérique montpelliérain (start-up incubées ou entreprises innovantes adhérentes au cluster d’entreprises innovantes,  partenaire de l’événement, Digital 113).

Basée sur un concept d’Open Innovation, c’est-à-dire d’ouvrir son processus d’innovation en dehors de son organisation, cette journée implique de se poser la question de « avec qui » et « comment   partager », travail qui sera réalisé en amont afin de faciliter les échanges entre universités/établissements et les entreprises. 

Le temps d’une journée, les adhérents arrivant avec un projet numérique et un budget, ont rencontré des entreprises spécialistes d’un domaine (IA, Chatbot, IOT, nouveaux usages…) mais non présents dans le contexte de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (la vie des campus, la dévolution du patrimoine…). La finalité ? provoquer la rencontre avec les entreprises recrutées par les chargés d’affaire du BIC ou de Digital113 et favoriser la production de POC en lien avec les dispositifs de financement de la Délégation Interministérielle du Numérique (Dinum), représentée lors de cette journée par Mme Sabine Guillaume, que nous remercions.

Le rôle de l’Amue a été alors 1/la mise en relation (cette journée), 2/ la mutualisation d’expériences suite à cette mise en relation et enfin, 3/ l’orientation vers un financement « Plan de relance numérique » de la Dinum ou des propositions aux instances décisionnelles de l’Amue (CASP, CA, Copils…. )

Des problématiques des établissements et universités à la recherche de POC

L’ensemble des 19 irritants produits par les universités et établissements, que nous remercions chaleureusement pour leur disponibilité et créativité, est disponible en consultation :

Nous ne manquerons pas de vous informer de la suite réalisée.

Séminaire Numerev – Et si nous parlions de numérique universitaire ?

Date : jeudi 8 avril 2021 14:30

Lieu : En live : http://www.mshsud.tv/spip.php?article1023

Et si nous parlions de numérique universitaire ?

Résumé : 

A travers cette conférence nous tenterons d’expliciter les dynamiques inhérentes aux mutations (des ?) numériques, en les interrogeant dans leur complexité systémique et dans une logique de compréhension par et pour les acteurs de la gouvernance numérique, ces derniers étant tantôt maître d’ouvrage, tantôt utilisateur/usager ? Néanmoins ce sera là une expérience partagée car tous les acteurs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche sont confrontés au quotidien à ces instrumentations/dispositifs/outils numériques, que nous qualifions de « numérique universitaire ».

Ce système universitaire est en pleine dynamique de changements. Un changement de cadre organisationnel, qui depuis le début du XXI° siècle, s’est ré-organisé sur des principes d’économie mondiale de la connaissance, que l’on accepte ou non, et, qui en France, a reçu des modifications réglementaires de manière régulière et successive. Mais aussi, un changement des usagers et membres, durant cette même période, qui avec l’arrivée des usages du numérique ont profondément évolué dans leur façon d’apprendre, de trouver l’information, de travailler ensemble, de dialoguer,…Système instable, obligation de mieux s’organiser, nouvelles pratiques numériques, développement de stratégie locale pour se distinguer, se différencier ou bien résister à une crise sanitaire, autant d’éléments qui nécessitent de développer une maturité numérique pour les universités et établissements au niveau de leur stratégie et de leur mise en œuvre, qui redessine finalement leur propre organisation.

Comment sont reliés les concepts de numérique et d’innovation dans les établissements de l’Enseignement supérieur ? Comment certains établissements ont adoucit l’effet « destructeur » de l’arrivée du numérique ? Quelle forme d’organisation a été mise en place pour accompagner les dispositifs numériques ? A l’heure où les réglementions tendent à développer l’autonomie de l’établissement, existe-t-il des points communs ?

Ressource : le diaporama

Présentation téléchargeable

Replay

Un grand merci à Lise Verlaet

Gouvernance du bateau The HigherEd digital : la place de l’expérience étudiant

Extrait du rapport de la délégation française au congrès Educause 2020

Mesdames et Messieurs, bienvenue à bord du bateau The HigherEd digital, un lieu où vous pourrez  comprendre le rôle de chacun mais aussi la volonté d’aller tous dans une même direction, un discours commun à toutes les présentations retenues dans ce congrès, quelle que soit la place dans l’université ou l’action dans le numérique universitaire de l’intervenant.

Figure 1 D’après Origami de Miguel Á. Padriñán sur Pixabay

Nous avons cette année proposé de couvrir le thème de l’expérience étudiants ou studentsX. Non pas comme expérience pour en relater les cas d’usages, ce sera fait dans les autres parties de ce rapport, mais bien comment les universités présentes à Educause organisent/augmentent la participation des étudiants dans les dispositifs numériques mis en place.

Il s’agit bien pour nous d’une question de gouvernance, compris ici comme « une technique de gestion sociale reposant sur la création d’une relation de confiance entre les différents partenaires du processus de décision politique. » (Pitseys, 2010). On y trouve aussi bien les dispositifs que les acteurs, les changeurs comme les changés, les processus et les outils permettant au bateau The HigherEd digital, nous prendrons cette image comme fil conducteur de cet article, d’être à la fois conduit par ceux qui tiennent la gouverne que ceux qui acceptent de prendre la direction choisie. Et parfois rament…

A.   Gouvernail et rameurs

La transformation numérique vue par eux

Notre choix pour comprendre la gouvernance mise en place dans certaines universités nord-américaines s’est porté sur les travaux de recherche d’Educause (Brooks, Lang, et Pelletier 2020). Nous avions déjà rendu compte des réflexions basées sur cette recherche-action menée par Educause dans le rapport de 2019 (Afonso et al., 2020, p.27). Cette année, l’équipe de recherche propose davantage,

plus en profondeur d’un point de vue organisation, en ciblant la transformation numérique menant au  succès de l’étudiant. 

Pour ce groupe d’experts, la transformation passe par plusieurs étapes ou paliers. Leur démarche consiste pour cette session à repérer comment la réussite étudiante contribue à transformer le numérique universitaire.

Dans la première étape, la digitization ou numérisation, les principaux résultats de cette étude sont « de rendre la priorité stratégique à la réussite des étudiants » et de « réorienter l’établissement d’une culture d’inscription vers une culture de diplomation ». La numérisation de l’information a conduit à plusieurs gains imprévus : « améliorations des catalogues de cours  et de la qualité des nominations des  conseillers. ». Dans une seconde étape, les experts reconnaissent que l’approche centrée sur la réussite étudiante « aide à mieux organiser l’information » en luttant contre « le manque de coordination » en insistant sur une gouvernance de la donnée (qui produit pour quoi ?). Elle nécessite « un effort considérable, nécessaire pour préparer les données existantes à l’intégration » d’un point de vue compétences, techniques ou managériales mais aussi d’un point de vue financier pour lever les obstacles. Les experts attirent l’attention sur les principales préoccupations qui sont liées à l’adoption par les utilisateurs finaux, sur l’introduction de complexités systémiques et sur les  pressions exercées sur la capacité de l’organisation à changer. Dans la troisième étape, celle où des systèmes aident à automatiser et à simplifier les processus, les professeurs et les étudiants adoptent les outils de réussite des étudiants mieux que prévu initialement. Enfin, dans cette étude, un dernier regard est porté sur cette complexité autour des données, en ajoutant le volet éthique et respect des données personnelles.

Quand l’université arrive à la cinquième et dernière étape,  les experts estiment qu’il y a bien transformation de l’institution.

Figure 2 : Parcours et pièges : transformation numérique de la réussite des étudiants (Brooks, Lang, et Pelletier 2020). Un merci spécial au Dr Christopher Brooks pour cette image.

En résumé, il est nécessaire de connaitre sa propre maturité institutionnelle en termes de technologies numériques et de planifier sa transformation numérique en la centrant sur la réussite étudiante.

Imaginer de nouveau l’engagement des étudiants.

La Florida State University a lancé une initiative d’engagement des étudiants il y a plus d’un an, sous l’appellation « Campus reimagined, a place of becomming » (Florida State University, 2020). Ce projet mené par Solveig Brown & Sean Brown propose une approche de l’expérience étudiant en donnant davantage la participation aux étudiants en amont des changements et en insistant sur le fait qu’être sur un campus doit avoir « la même magie qu’un parc d’attractions ». Les étudiants sont ainsi invités à participer à la reconstruction de leur campus.

Figure 3 : Appel à contribution des étudiants (Source Florida State University)

C’est un projet long que construit Florida State University de 2030, dans une logique progressive de combiner le virtuel et réel, mais aussi dans une logique de parcours étudiant, du prospect au diplômé. L’étudiant devenant un client de son parcours de formation. Pour cela, chaque étudiant apporte ses passions personnelles et ses expériences de vie uniques sur le campus.

Figure 4 : Faire correspondre la passion et la connaissance (Source Florida State University)

Ces entretiens auprès des étudiants ont pris la forme d‘atelier créatif et de projets demandés aux étudiants parmi lesquels on retrouve des améliorations du design des espace de cours, d’un point de vue matériel ou de planification de cours 

B.   Des expériences étudiants

La perception est tout : le point de vue des étudiants sur la technologie sur le campus

Pour connaitre le besoin étudiant, il est évident qu’il faille aller vers eux, par des ateliers comme cette initiative précédente, ou par des témoignages. Une des conférences du congrès de cette année, faisait la part belle à des retours d’expériences étudiants, session animée par JD White, VP, Gestion des produits chez Anthology Inc (White 2020). Bien que cet entretien ne soit pas représentatif de la communauté étudiante, nous avons décidé d’en extraire quelques extraits. Morceaux choisis.

Figure 5 : Retour d’expériences étudiants (White 2020)

Quatre étudiants, une femme et trois hommes, inscrits dans quatre établissements distincts : l’Université située à Wilkes Bare en Pennsylvanie, l’Université Central Michigan, l’Université du Kansas à Lawrence et l’Université Temple à Philadelphie. Ils sont tous invités à proposer une évolution idéale de leur vie d’étudiants en matière de technologies numériques, guidé par une série de questions posées par l’animateur.

Au sujet de la relation étudiant/institution, l’usage du smartphone comme moyen d’informations poussées est apprécié, « quand c’est utile, cela me permet de m’organiser ». Un des étudiants, tuteur d’étudiants plus jeunes, apprécie les dispositifs visuels de suivis d’étudiants et aimerait en avoir davantage. Un autre espère un service numérique afin que « nous puissions nous aider les et les autres, comme dans la classe, mais en dehors de la salle de classe ». Le Covid a marqué ces quatre témoins, et l’un d’eux estime que «  s’il y a quelque chose que cette pandémie m’a appris sur l’utilisation des technologies, c’est qu’il y a certainement des choses que nous ne pouvons pas remplacer par la technologie. ». Ils reconnaissent aussi « qu’il y a des processus qui n’auraient jamais dû être en ligne ou des demandes » car l’établissement disposait déjà de l’information.

Un autre sujet abordé, important aux USA, c’est l’impact des technologies numériques dans le choix de son établissement d’études. Déjà projeté dans un système universitaire fonctionnant avec le Covid comme contrainte, nous avons pu entendre que « Tout est virtuel donc j’y vais » ou bien « ils ont une visite virtuelle qui fait que je peux vraiment voir le campus », et dans les contacts ils privilégient « avec de bons systèmes en place » permettant de se  « sentir comme, si vous étiez en conversation en face à face ». Cela nous interroge sur la stratégie à mettre en œuvre (et les moyens) « Qu’ils soient physiques ou virtuels, les campus et les institutions doivent vraiment réfléchir au genre d’intention par laquelle ils installent ces parcours étudiant »

Dans les modalités d’inscription au cours, il apparait un personnage, le conseiller de cours, et comment la relation se passe avec l’étudiant. C’est à ce niveau que l’écueil est le plus important, certains témoins citant « que le mail est arrivé un peu tard » mais « C’est peut-être aussi de ma faute » ou bien que « le conseiller n’est pas disponible par rendez-vous avant trop longtemps ». Personnage accompagnant le choix du cours, nous constatons son rôle indispensable pour une organisation centrée sur l’étudiant.

Enfin certains étudiants perçoivent que la communication ne passe pas entre les bureaux administratifs qui fonctionnent parfois « en silo », obligeant l’étudiant à être porteur des messages interservices.   

L’animateur termine par les préconisations suivantes « Développez une compréhension du point de vue des étudiants sur la technologie sur le campus », « Écoutez des idées sur la façon d’intégrer les commentaires des étudiants dans votre stratégie technologique » et « Apprenez à intégrer la préparation à la carrière tout au long du parcours de l’étudiant »

C.   Quelques dispositifs emblématiques de ce sujet durant ce congrès

Nous avons fait le choix de porter à votre connaissance deux formes de régulations mises en œuvre autour de l’expérience étudiant. La première concerne des learning analytics (analyse de traces d’apprentissage) à l’Université d’Indiana-Université Purdue d’Indianapolis et à l’Université de Lynchburg. La seconde se déroule à l’Université d’Arizona, et comment sont développés des ateliers participatifs avec les étudiants ?

5 façons d’améliorer l’engagement et la réussite des étudiants.

L’amélioration par l’analyse des traces dans le LMS de Google Cloud est proposée comme retour d’expériences.  Mathew Rust propose de faire de la prédiction de réussite à partir de mesure sur Canvas LMS, un score d’engagements, des learning analytics en relation avec Google Cloud.

Figure 6 Score d’engagement étudiant par Mathew Rust (Rust et Butcher 2020)

Nous nous gardons bien de faire l’apologie de ce type de régulation, ignorant les précautions RGPD mises en œuvre dans cette expérience dans le contexte US et émettant des doutes sur l’indicateur montré sur la diapositive lors de cette conférence.

Le second témoignage de Charley Butcher propose de rendre compte de son expérience dans son université au travers d’enquête via la plateforme de formation. On retiendra que les étudiants dans ce cas précis et majoritairement voulaient une session de cours en ligne et synchrone proposée en replay, avec une classe virtuelle en continuité e une forte présence des enseignants.

Figure 7 : Retour d’expériences par Charley Butcher (Rust et Butcher 2020)

Issu, entre autres, de ces deux expériences, il est proposé par les protagonistes, sous le regard de Google, 5 façons d’améliorer l’engagement et la réussite des étudiants :

  • permettre au personnel enseignant de travailler en petit groupe
  • faire travailler les élèves ensemble, collaborer et discuter en temps réel
  • examiner les empreintes numériques laissées derrière vous pour mieux comprendre votre façon d’enseigner et d’apprendre
  • Travailler avec des collègues sur le campus et aider les professeurs à partager leurs techniques d’enseignement à distance
  • fournir aux conseillers une boîte à outils de mesure qui peut les aider à intervenir rapidement et à utiliser des coups de pouce aux étudiants

Pour aider nos élèves à courir, il faut les faire trébucher : une histoire de personnalisation apportée par les étudiants en situation d’amélioration continue

Le travail de transformation numérique à grande échelle de l’Université de l’Arizona passe par des ateliers avec les acteurs de l’université dont les étudiants. Cela prend la forme d’ateliers créatifs en mode agile durant lesquels il est proposé aux étudiants de participer à la refonte de certains services numériques, du concept jusqu’au design des écrans.

Figure 8 : ateliers participatifs (Aronson et Mcillece 2020)

Il ressort que l’étudiant apparait ainsi au centre du système universitaire représenté en trois pôles : l’administré, l’académique et la vie étudiante. Cette vision nous parait intéressante.

Figure 9 : l’étudiant au centre des trois situations de sa vie

La préconisation serait de mettre en œuvre ce type d’ateliers afin de percevoir le réel besoin des étudiants qui partage leur temps entre les rois pôles d’activités.

D.   Vogue la galère #Covid19

La dernière partie de notre article concerne (bien évidement ?) l’impact du Covid19 sur l’expérience étudiants et sur la gouvernance en période de crise recueillis auprès de l’université de Davenport (design des formations en mesurant l’impact sur les étudiants comme sur les organisations) et auprès de l’Université de Findlay, l’Université du sud du Mississippi et l’Université de Houston (mise en place d’un service d’alerte aux étudiants)

Design des formations à distance

À l’Université de Davenport, au Michigan, un élément clé de la transformation numérique est la transition vers un modèle d’apprentissage mixte, qui vise à offrir aux étudiants une flexibilité et une accessibilité accrues (Ferluga et Kowalczk 2020). Et cela avant la crise du Covid19. L’étudiant choisit son parcours en ligne synchrone ou asynchrone ou bien en présentiel, comme il le ressent.

Figure 10 : Le dispositif Flex de l’Université de Davenport (Source Educause)

En conséquence, les étudiants peuvent basculer entre les modalités d’apprentissage en fonction de leurs besoins individuels et de leur niveau de confort. Ce concept, nommé Flex !, a été analysé d’un point de vue impact sur l’étudiant mais aussi sur l’organisation de l’université : c’est pour nous intéressant de penser ainsi, le double impact.

Figure 11 : Point de vue étudiant
Figure 12 : Point de vue de l’université

Bien entendu, cette expérience, préfiguratrice des solutions mises en place pour la crise sanitaire a permis, selon les collègues la relatant, d’atténuer l’organisation de la mise à distance provoquée par la crise sanitaire.

L’alerte aux étudiants

Nous avons constaté, et la crise sanitaire y est pour quelque chose, la présence de témoignage de mise en place d’application sur smartphone pour pouvoir, alerter ou prévenir les étudiants de changement dû au Covid19. Comme en France d’ailleurs. Il est fort à parier que le mail étudiant est moins efficace qu’une information pousser sur le smartphone de l’étudiant, c’est le choix de ses projets.

Figure 13 : l’Université de Findlay, l’Université du sud du Mississippi et l’Université de Houston passent à une application

D’autres arguments sont aussi donnés sur la capacité à augmenter l’image de marque en amont du choix de l’étudiant, une des inquiétudes des universités américaines.

A.   Pour finir, quelques sources d’inspirations destinées aux gouvernances

Et nous finissons par trois préconisations aux gouvernances issues de l’intervention d’Alexander Brian (Mocquet 2020), un chercheur américain sur le numérique universitaire.

  • La première est de « que nos étudiants peuvent être étonnants (…) ils travaillent. Ils sont créatifs, réfléchis, engagés. Ils m’inspirent tous les jours. Je les considère comme un cadeau.»
  • La deuxième au lieu de répondre « à la terreur ou au stress en se retirant, en ne changeant rien, en protégeant à outrance », « il faut tendre la main, (…) c’est le moment idéal pour collaborer ». Il ajoute que « le campus a pu apprendre les uns des autres, au-delà des frontières nationales, au-delà des frontières des États encore plus. » : il insiste sur un monde plus open.
  • Enfin, en troisième, nous devons développer notre « sens de la justice sociale et de l’équité. » pour construire comment nous pouvons faire face au changement climatique.

De bien bons conseils pour les gouvernances, c’est-à-dire ceux qui tiennent le gouvernail, ceux qui rament et ceux qui utilisent les services numériques, une croisière du bateau The HigherEd digital  à créer tous ensemble, non ?  

Vogue, vogue, petit navire !

Figure 15 : la présentation PDF à télécharger

On est Libre à Max’

Article paru dans la collection numérique de l’Amue n°13

N°13 – Vive le Numérique libre, février 2021

Aborder le Libre en 2021, c’est le considérer dans son ensemble, depuis ceux qui le font à ceux qui l’utilisent en passant par ceux qui légifèrent. Essayer de comprendre son relatif succès dans les Universités et établissements, c’est s’interroger sur nos propres pratiques, parfois nos valeurs.

Pour l’usage, comprenons ici l’usage des technologies numériques dans notre quotidien, qu’il soit professionnel ou personnel, il a été longtemps considéré comme une pratique de pionniers, d’afficionados ou de militants : que ceux qui se reconnaissent nous pardonnent cette typologie restrictive et réductrice. Aujourd’hui, l’usage de solutions sous Licence Libre est plus accessible, mais aussi plus performant, avec des marques comme Wikipedia, Libre-Office, VLC media player, 7-zip, ThunderBird ou Mozilla Firefox pour ne citer qu’elles. C’est une alternative  peu coûteuse, et encore plus en ce moment, ne boudons pas l’économie faite ainsi, pour un usage « classique » d’un.e étudiant.e dans sa vie dans les universités et établissements combiné bien souvent par des solutions Libres utilisées dans le domaine de la formation et vie étudiante. 

On remarquera que dans les usages particuliers, il arrive de confondre Libre et gratuit. Ce qui n’est pas le cas dans le monde professionnel, convenons-en. Il existe une part de marché couverte par la contractualisation financière autour de prestations de services associées à des solutions Libres : formation, installation, conseil, audits… Et ce marché est aujourd’hui organisé en direction du monde universitaire.

Les universités et établissements sont adeptes aussi de solutions Libres avec des marques qui tiennent le haut du classement comme, bien évidemment en France, la plateforme de formation en ligne Moodle, mais aussi des solutions de messagerie, comme Zimbra ou bien Horde, et depuis le premier confinement, et sa nécessité associée de réaliser des classes virtuelles, BigBlueButton. Une enquête réalisée par la CPU durant le premier confinement de la crise sanitaire du COVID-19 a permis de montrer les principales solutions utilisées par les 43 universités répondantes.

Figure 1 : Solutions utilisées en confinement dans l’ESR FR (avril 2020)

Si on reconnait des marques propriétaires, on y reconnait aussi une déclaration de mises en place de solutions Libres pour assurer la continuité durant cette période difficile. Ces choix ont été pris dans chaque établissement, en tenant compte de ses capacités financières, mais aussi en termes de compétences, sa singularité. 

Et c’est sur les compétences professionnelles que nous terminerons cet article, en reconnaissant qu’adopter des solutions libres nécessite de manier des concepts dans leur globalité, de maitriser l’architecture logicielle de développement de solutions, de se maintenir en compétence mais aussi accepter de rentrer dans une logique de partage de compétences avec une communauté. Ce que nous sommes en fait.

Vous l’aurez compris, nous sommes toutes et tous des « Monsieur Jourdain », le Bourgeois Gentilhomme de Molière, et nous faisons du Libre sans le savoir : apprenons aujourd’hui à nous délecter du plaisir de découvrir que nous sommes aussi membres d’une communauté.

Changement climatique, COVID-19 et la prochaine génération de l’IT dans l’Enseignement supérieur

Article paru dans la Collection numérique de l’Amue N°12 – Numérique responsable, décembre 2020

Quelle prospective peut-on faire dans l’espace nord-américain de l’Enseignement supérieur et de la recherche au sujet des technologies numériques utilisées sur les campus en regard du changement climatique ? Telle est la question générale de Brian Alexander lors du dernier congrès annuel d’Educause à Boston qui s’est déroulé en ligne.

Bryan Alexander est un futuriste, chercheur, écrivain, conférencier, consultant et enseignant de renommée internationale, travaillant dans le domaine de la façon dont la technologie transforme l’éducation.

Dans cette courte conférence, moins d’une heure, le conférencier propose de donner dans un premier temps son point de vue systémique sur l’enseignement supérieur en Amérique du nord, en donnant quelques exemples individuels sans perdre de vue qu’il s’agit d’un système complexe. Puis il propose de prendre le recul sur la crise sanitaire, qui « s’est imposée à nous violemment », afin d’émettre des préconisations pour un campus durable.

Un sujet endogène au campus…

Pour lui, se saisir du changement climatique dans l’Enseignement supérieur et de la recherche américain, c’est se focaliser sur « les collèges ou les campus universitaires, en pensant à l’environnement physique (…) l’environnement bâti, aux résidences, aux bâtiments administratifs, aux stades, aux bibliothèques, etc. » et comment « modifier tous ces éléments pour les rendre neutres en carbone. ». C’est aussi la gestion de l’énergie sur le campus et il rappelle que « Certains campus commencent déjà à produire de plus en plus d’électricité sur le campus, que ce soit par le biais du solaire ou de la biomasse ». Le transport vers/dans les campus est aussi un sujet à aborder selon lui.

… mais aussi exogène

Il insiste aussi sur « la question des campus qui sont physiquement en danger par le changement climatique (…) parce que certaines régions sont confrontées à la montée des eaux ou à l’avancée des prairies ou du désert, auquel cas ces campus doivent en tenir compte »  et se demande s’il ne manque pas de logique de collaboration (de mutualisation ?) entre universités pour résoudre ce problème ensemble. Il insiste sur le fait que ce n’est pas qu’un problème américain en Floride ou en Californie mais cela concerne aussi  « l’Inde, (…) la Méditerranée, (…) le littoral africain ». Cette problématique a été observée comme résolue par le conférencier dans « des campus des Pays-Bas, des campus japonais et des campus du New Jersey qui essaient de mettre en place une sorte de réponse universitaire mondiale au changement climatique. »

Au niveau des campus, les technologies numériques doivent contribuer pour améliorer cette situation

« La rénovation des bâtiments, l’installation de nouveaux bâtiments, le changement de l’environnement bâti » sont autant de sujets où les technologies interviennent avec de nouveau problème d’infrastructure à résoudre. Le conférencier nous invite « penser à voir ce qu’il advient du travail universitaire en ligne » en s’appuyant sur la tendance simpliste que « le déplacement de plus en plus d’opérations du face à face vers l’Internet » serait « l’un des effets secondaires de l’atténuation du changement climatique ». Il nous rappelle que nous devons « nous efforcer pour rendre l’expérience de l’éducation en ligne beaucoup plus vivante et engageante. » ce qui provoquera à terme «une augmentation de la demande en matière d’informatique sur les campus ». Les technologies numériques consommant du carbone (par la consommation électrique), il existe un risque « que les gens soutiennent que nous devrions en utiliser moins. ». Les DSI devront alors gérer ce paradoxe, « par exemple, si l’impact sur le climat devient la mission du campus, imaginez ce qui arrive à la DSI du campus pour qui la réduction des postes clients [RD1] est la clé de sa mission. »

Cette tendance locale pourrait être atténuée globalement en développement un monde universitaire plus open « éducation ouverte ou OpenEducation, les logiciels à source ouverte ou OpenSource, l’accès ouvert et l’enseignement ouvert ou OpenAccess » 

La recherche changera

Pour le conférencier, la recherche évoluera par les nouvelles problématiques apportées par le changement climatique, pour apporter de nouvelles connaissances : cela touchera les disciplines historiques de recherche (réduction du nombre d’étudiants, de crédits de recherche…).  Nous devons imaginer qu’il y aura « de nouveaux domaines de recherche qui se diviseront d’abord » : «par exemple, nous pourrions voir des mouvements de campus contre l’ingénierie pétrolière comme une activité majeure ». Il y aurait aussi certains domaines universitaires qui s’étendent et d’autres qui se contractent. Pour continuer cet argumentaire, il ajoute que «nous pourrions voir apparaître de nouveaux domaines ou de nouvelles disciplines. Au croisement entre les sciences humaines, les sciences naturelles cherchant des diverses formes d’atténuation du changement climatique ».

Et la pédagogie universitaire ? 

En travaillant avec une génération d’étudiants plus sensibles à la cause du changement climatique et comment la réduire, « nous pourrions voir plus tard une sorte de changement de culture de l’enseignement et de l’apprentissage, des désirs de décoloniser les programmes d’études pour décoloniser le campus ou même une décolonisation totale ». Il faut également « s’attendre à des changements dans les modalités d’inscriptions, c’est-à-dire dans les cours que les gens suivent, dans les matières principales. » qui ne le seront plus et voir apparaitre « des programmes de formation entier sur le climat ».

Parlons du covid maintenant

Cette année de crise sanitaire « nous a fait détourner du regard du changement climatique », pour autant « nous pouvons en retenir des enseignements ». Il rappelle, en étant stupéfié de cela, que « nous avons rapidement mis en ligne la quasi-totalité de l’enseignement supérieur », que «toutes sortes d’innovations institutionnelles » sont nées. Pour mémoire il nous conseille la lecture de la proposition de  Edward J. Maloney et Joshua Kim [1]: la crise a provoqué cela. Il insiste sur «une chose vraiment positive, qui est une sorte de renaissance du design pédagogique : dans la perspective du changement climatique, nous devrons mettre les designers au premier plan. » 

Ce qui est arrivé aussi, est l’arrêt de la production polluante : « on nous a donné une sorte d’aperçu du monde où nous décidons de ne plus contribuer au changement climatique » mais il s’interroge sur ce que nous devons en faire de ce constat, une fois la crise sanitaire terminée. 

Pour lui, la crise a démontré qu’« on nous a donné une sorte d’aperçu du monde où nous décidons de ne plus contribuer au changement climatique » où les décisions difficiles ont été prises malgré tout.

Pour finir sur quelques sources d’inspirations

La première est de « que nos étudiants peuvent être étonnants (…) ils travaillent. Ils sont créatifs, réfléchis, engagés. Ils m’inspirent tous les jours. Je les considère comme un cadeau.»

La deuxième au lieu de répondre « à la terreur ou au stress en se retirant, en ne changeant rien, en protégeant à outrance », « il faut tendre la main, (…) c’est le moment idéal pour collaborer. Il ajoute que « le campus a pu apprendre les uns des autres au-delà des frontières nationales, au-delà des frontières des États, encore plus. » : il insiste sur un monde plus open.

Enfin, en troisième, nous devons développer notre « sens de la justice sociale et de l’équité. » pour construire comment nous pouvons faire face au changement climatique.

Citation de la conférence :  Educause (2020). Climate Change, COVID-19, and the Next Generation of Higher Ed IT. Brian Alexander Ï https://edu20.educause.edu/live-stream/19753234/Climate-Change-COVID-19-and-the-Next-Generation-of-Higher-Ed-IT

Transcription et traduction outillées par l’IDEFI  https://mtranslate.univ-perp.fr/, un grand merci à Samuel Calegari et Julien Lugand.   


[1] Inside Higher Ed. (2020). 15 Fall Scenarios | Edward J. Maloney & Joshua Kim. https://www.insidehighered.com/digital-learning/blogs/learning-innovation/15-fall-scenarios


 [RD1]Des postes clients ?
réduction des services clients ?

un système universitaire européen en pleine mutation

Article paru dans la Collection du numérique de l’AMUE N°11 – Europe universitaire et numérique, octobre 2020

Lors du sommet de Göteborg, en 2017, les dirigeants de l’UE ont exposé leur vision de l’éducation et de la culture qui passent selon eux par un espace européen de l’éducation, allant au-delà des échanges Erasmus+ et prenant la forme d’universités européennes.

Les universités européennes sont des alliances transnationales qui deviendront les universités de demain en promouvant les valeurs et l’identité européennes et en révolutionnant la qualité et la compétitivité de l’enseignement supérieur européen. (Commission Européenne, 2020)

En juillet 2020, la commission européenne annonce 41 alliances, regroupant 280 universités et établissements d’enseignement supérieur issus des 27 états membres de l’UE, de l’Islande, la Norvège, la Serbie, la Turquie et la Grande-Bretagne.

Les critères d’alliance sont au moins d’appartenir à 3 états membres de l’UE, la création de campus européen interuniversitaire dans lequel nous retenons concernant l’impact sur le numérique universitaire français :

  • les mobilités étudiantes et professionnelles se mettent en place : SI FVE et SI RH
  • des équipes de recherche se regroupent pour permettre l’échange de données (Big-Data) : SI Recherche
  • les étudiants peuvent concevoir leurs propres programmes d’études de manière flexibles, menant à un diplôme européen : SI FVE

L’Europe distingue les coordinateurs de projet et les porteurs de projet.

En France, 33 universités ou établissements sont lauréats de l’initiative : 6  coordinateurs et 27 porteurs (Liste complète en annexe)

Les universités européennes  vont fonctionner dans un premier temps entre 2021 et 2027 : c’est ce calendrier qui attire notre attention pour le prochain contrat de l’Agence.

Des acteurs clés peu accompagnés au numérique en France

Les relations internationales

Historiquement, les acteurs dans les universités sont au sein des services relations internationales avec ou pas d’appui des DSI puisque le SI était fourni en mode SAAS (MoveOn par ex.). Il y a de la double saisie, des import/export par fichier entre le SI de l’université et ce service.

Erasmus + et Erasmus without paper (EWP)

Depuis Mars 2020, la commission européenne a monté l’exigence numérique auprès des universités en exigeant le passage à « Erasmus without paper » aux universités, sans quoi elles ne seraient plus éligibles aux subventions européennes. Il s’agit d’une série de services accessibles depuis une application et permettant la facilitation des échanges de données avant le départ de l’étudiant en mobilité, mais aussi l’ouverture de services à l’arrivée. La volonté de l’Europe est d’accroître les échanges étudiants entre états membres et de mettre le numérique comme prérequis. La France est en retard vis-à-vis d’autres pays européens.

Un constat de changement

Le manque de services disponibles pour les étudiants combiné à l’exigence de l’UE provoque une réaction des établissements qui se retrouvent dans l’obligation de mettre en œuvre EWP au sein de leur SI. Il s’agrège alors aux RI des membres des DSI, constaté lors des dernières visioconférences d’Erasmus+ (plus de 250 présents). Comment accompagner les RI à la transformation numérique ? Quel accompagnement peut-on proposer au DSI ?

L’arrivée des universités européennes fait apparaitre des nécessités de diplomation au sein de ces ententes : comment notre SI va s’adapter à cela ?

Les 33 établissements français impliqués dans les universités européennes sur les deux appels à projets

6  établissements français sont coordinateurs d’un projet d’Université européenne en 2019

10 établissements sont porteurs d’un projet d’Université européenne en 2019

17 établissements sont associés aux porteurs d’un projet d’Université européenne en 2020

Le télétravail, subi ou géré, quotidien ou exceptionnel, c’est toujours du travail !

Article extrait de la Collection numérique de l’AMUE N°10 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’Enseignement supérieur et de la recherche  saison 2, juillet 2020. Co-écrit avec David Rongeat

En période de changement de pratiques professionnelles, des initiatives émergent, des réflexions s’engagent, des conclusions s’imposent. Retour sur le partage de bonnes pratiques proposé par l’Amue

Le contexte

La crise sanitaire récente du COVID-19 a plongé subitement les universités et établissements dans une nouvelle forme d’organisations du travail, le télétravail subi de Tarik Chakor ou e-confinement de Divina Frau-Meigs. Nous considérons que la mise en place de ce télétravail a été perçue comme subie par beaucoup de membres des universités, quelques soient leurs statuts ou leurs fonctions : présence des enfants au domicile en maintenant une activité professionnelle à temps plein, utilisation de matériel personnel, installation d’un poste de travail de l’université dans un espace du domicile, installation d’un flou personnel/professionnel dans sa relation avec les collègues… Pour autant, globalement, chacun a pris sur lui afin de permettre la continuité du service public.

Des situations inégales

Certains membres avaient déjà une expérience du télétravail avant cette crise sanitaire, d’autres non. Nous avions déjà abordé cette question en 2019 lors d’un webinaire intitulé « Numérique et organisation : 1+1 devient 3 » voulant accentuer par ce titre, que nous étions dans une nouvelle situation de travail, où numérique et management s’entremêlent. Lors de ce webinaire, le Professeur Patrice Flichy, sociologue à l’Université Gustave Eiffel, revenait sur les relations entre le travail et le numérique, en citant des cas courants de métiers de l’Université d’entrelacement, le télétravail en étant un.

Interview de Patrice Flichy à la Centrif de l’Université Gustave Eiffel

Mis en place une ou plusieurs journées hebdomadaires pour certains établissements, à l’étude ou absent de l’organisation de travail pour d’autres, le télétravail induit des questionnements, une organisation, une gestion et un management différents, mais aussi la possibilité de risques psycho-sociaux.

Un recueil de bonnes pratiques et de références

Pour accompagner cet effort à fournir, l’Amue a souhaité répondre présente dès le début en proposant des idées, des orientations et des retours d’expérience, pour gérer au mieux ce changement. Un certain nombre de bonnes pratiques autour du télétravail, et plus globalement de la prise de distance dans sa pratique professionnelle (ceci incluant la pédagogie) ont été proposés.

Retour d’expérience et bonnes pratiques http://www.amue.fr/presentation/articles/article/teletravail-on-partage-les-bonnes-pratiques/

et maintenant ?

S’il est clair que le télétravail subi a levé la plupart des freins tech-nologiques, parfois non sans mal ni énergie de la part de ceux qui font le numérique des universités et établissements, il restera de cette expérience des ressentis humains singuliers qui devront servir d’expériences. Cette capitalisation d’expériences, bonnes ou mau-vaises, devra être perçue comme une nouvelle connaissance de soi, de son organisation. C’est tout l’enjeu de ce prochain semestre afin de construire ce nouveau télétravail, plein partiel ou inexistant, selon….

Vous avez dit smart campus ?

Vous avez dit smart campus Extrait de la collection numérique n°7 de l’Amue  

Le terme Smart-city ou « ville intelligente », désigne une ville qui utilise les technologies numériques afin d’optimiser son efficacité opérationnelle, et d’améliorer la qualité des services urbains (eau, électricité, gaz, transports collectifs, équipements publics, bâtiments…) (Caragliu, Del Bo, & Nijkamp, 2011). Cela favoriserait potentiellement l’implication de chacun de ses habitants. (Guglielmi, G. J. 2015).

Selon Rudolf Giffinger (2007) l’action de la ville intelligente porte sur six domaines essentiels : l’économie, la mobilité, l’environnement, les habitants, le mode de vie, l’administration.

Les campus sont-ils des mini-villes ?

Bien que l’on retrouve des similitudes en termes de caractéristiques (vie économique propre, mobilité des membres et des usagers, environnement typique mêlant, espaces de loisirs, de travail ou les non-lieux, espaces interchangeables où l’être humain reste anonyme (Augé, 1995), habitants partageant les valeurs de la communauté universitaire et un mode de vie, tout ceci géré administrativement par la gouvernance de l’université)  pour Florence Kohler « les campus ne sont pas des morceaux de ville comme les autres ». Elle ajoute que « l’ensemble des services du campus est à penser comme la réponse aux besoins d’une communauté universitaire particulière » (Kohler, 2017), et suggère une approche de co-design entre les usagers, les membres et la direction de l’établissement.

Et les smart campus ?

Dans un article récent (Vasileva et al., 2018), les auteurs nous informent que dans l’ensemble, « l’analyse de la littérature suggère qu’en décrivant un «campus intelligent» ou « smart campus », l’accent reste mis sur la technologie numérique en tant qu’élément clé sans tenter de fournir une définition ou de la relier aux objectifs plus larges de l’institution universitaire ».

Un travail de définition retient pourtant notre attention,  le « Smart Campus »  serait « l’art d’utiliser l’Internet des objets, la fusion de données, le Cloud Computing, l’exploration de données, et d’autres technologies de l’information, d’intégrer les systèmes d’informations indépendants et les ressources des écoles en un tout organique avec une capacité de collaboration, ainsi qu’une capacité à produire des services soutenant le développement de l’université » (Xiong, 2017)

Cette description d’un campus intelligent met ainsi l’accent sur l’intégration des systèmes d’information, des données et de leurs analyses dans une volonté d’apporter des meilleurs services à l’usager du campus, mais aussi à la direction

Pour plus d’informations
Augé, M. (1995). Non-lieux. verso.
Kohler, F. (2017). Dynamiques d’évolution des espaces et des campus universitaires à l’heure du numérique. Administration Education, N° 156(4), 21‑28.
Vasileva, R., Rodrigues, L., Hughes, N., Greenhalgh, C., Goulden, M., & Tennison, J. (2018). What Smart Campuses Can Teach Us about Smart Cities : User Experiences and Open Data. Information, 9(10), 251. https://doi.org/10.3390/info9100251
Xiong, L. (2017). A Study on Smart Campus Model in the Era of Big Data. 87, 4.  

L’approche par la donnée et sa liaison au facteur humain

L’approche par la donnée possède quand l’on s’y penche un caractère très technique de l’activité d’une organisation universitaire, universitaire ici s’entendant comme concernant les universités et les établissements.
S’appuyant sur ce que les services échangent, produisent ou récoltent, la donnée universitaire vit avec son jeu de métadonnées et ces processus métiers associés : il en résulte parfois un agglomérat de spécificités de forme de ces données.
Le risque est alors grand de faire de la gouvernance de la donnée universitaire un objet purement technique, là où l’humain, nos usagers comme nos membres de l’université sont particulièrement concernés. Des mouvements très récents apparaissant de manière systématique sous l’appellation user-centric dans les systèmes d’information. Intéressons-nous ainsi aux usagers.
La donnée et les étudiants
L’Enseignement supérieur et de la recherche est parfois considéré comme un marché, celui de la connaissance, l’étudiant ou le stagiaire pourrait être ainsi considéré comme un « client » d’un point de vue système d’information. La donnée liée à l’étudiant est aujourd’hui partout avec la multiplication des canaux (réseaux socionumériques, connexion wifi sur le campus, prêt de livre, traces sur la plateforme de formation…) : ce sont autant de points de contacts avec lui. Tout l’enjeu serait d’obtenir une vision 360° de l’étudiant pour lui adresser le bon message au bon moment et personnaliser son expérience tout au long de son parcours de formation ou de sa vie étudiante. On voit ici aussi la précaution à prendre en termes de respect règlement général sur la protection des données (RGPD).
La donnée et les membres de l’établissement
Avec les membres, le rapport à la donnée est double. Comme les étudiants, l’université détient des données sur chacun des membres, données professionnelles (RH, financière,…) mais aussi à caractères personnels au sens de la CNIL. Mieux connaitre ses membres en respectant le RGPD, pourrait faciliter l’expérience de chacun d’entre nous, nous évitant, par exemple, des multiples saisies lors de nos démarches administratives internes (promotion, frais de mission, déclaration de service…). On pourrait aussi permettre également la personnalisation des outils en fonction du type de statut, du contrat…
Mais la donnée pour les membres c’est aussi le respect de la qualité des données, quelle que soit notre fonction dans l’organisation. Une bonne saisie, un étudiant qui change de filière en respectant le processus, la transmission de tout changement de situation personnelle, l’information de tout changement en cours d’année universitaire sont des exemples courants, qui nous concernent potentiellement tous, et pour lesquels nous devons penser tous et toutes à fiabiliser la donnée dans le système d’informations.
Au sein de la direction de l’établissement
Le pilotage par indicateurs analytiques, par exemple plafond d’emploi en RH, repose sur des seuils et sur des calculs s’appuyant sur la donnée. Dans ce cas la donnée permettrait avant tout d’anticiper les coûts, de prévoir avant de décider : c’est une aide à la décision qui deviendrait indispensable tant les universités et les établissements se complexifient.
Avec les partenaires
Le rôle crucial pris par la donnée pourrait la faire changer de valeur. Cela pourrait devenir un actif stratégique en interne, mais aussi pourrait également être valorisée auprès des partenaires, ou bien ouvertes.
En guise de conclusion, nous pensons que la donnée doit être abordée comme un concept global qui touche chacun d’entre nous, les acteurs de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Comment la mise en circulation des données pourrait induire la gouvernance du numérique de l’université ou de l’établissement ?

Dans son ouvrage consacré à rendre compte du succès d’internet, Benjamin Loveluck nous affirme que « la libre circulation de l’information (sous forme de code) [peut] devenir le principal socle de l’autonomie individuelle et collective ». Il définit ainsi une nouvelle idéologie, celle du « libéralisme informationnel », une sorte de « reformulation de la théorie politique libérale fondée sur les flux d’informations au sein des réseaux informatiques » (Loveluck, 2015). Il ajoute que cette modalité en réseau offre des nouvelles formes d’auto-régulations sociales et économiques au sein de la société.

L’open-data s’inspire de cette finalité de circulation de l’information. Ouvertes les données deviennent exploitables, exploitées et il y a une création de valeurs autour des services s’appuyant sur ces données. Par exemple, l’application «Trouve  ton  campus», créée en 2014 par l’association StrasWeb formée d’étudiants et de jeunes diplômés, permettait jusqu’en 2017  aux  étudiants  de  l’Université  de Strasbourg  de  visualiser  les  moyens  de  transports  dont  ils  disposent pour se rendre sur leur campus. C’est un bon exemple de « mise en circulation des données [qui] renouvelle les modes de faire (…) en s’appuyant sur des acteurs tiers qui produisent des services à partir de ses données » (Courmont, 2016), ici une association d’étudiants.

Exemples d’écran de cette application aujourd’hui fermée

Pour nos gouvernances, au sens de «  gouvernance  ou ensemble de dispositifs mis en œuvre par la firme pour réaliser des coordinations efficaces » (Côme, 2013), à quel moment cela deviendrait-il un enjeu stratégique du numérique de l’université ou établissement ? Pour nous, il s’agit de prendre conscience que « les données [ouvertes] sont devenues un enjeu de gouvernement à partir du moment où elles ont été mises en circulation. » (Courmont, 2016). C’est donc la conséquence de l’ouverture des données que nous conseillons de saisir d’un point de vue gouvernance du numérique de l’université ou de  l’établissement. Regardons-en quelques effets.                 

Un des premiers effets est de focaliser son attention stratégique sur la qualité des données de l’organisation et de percevoir leur richesse au sein de sa propre organisation : « attachées à des producteurs, conservées dans des silos « métiers », les données sont des instruments au service d’une politique publique sectorielle. » (Courmont, 2016). Les ouvrir, dans un premier temps en interne, permet de désectoriser son activité interne, et de la penser de manière plus systémique et globale : on devient ainsi facilement le consommateur de ses propres données ouvertes.

Un des deuxième effets, est la « capacité de contrôle de l’usage qui est fait de ses données. » (Courmont, 2016), et une des conséquences la mise en place d’ « une stratégie de régulation des flux de données. Par le choix des modalités de mise en circulation des données (licences, formats, etc.), elle encourage l’attachement de ses données à certains utilisateurs ou au contraire en limite d’autres. » (Courmont, 2016)

Enfin, un des troisième effets serait de redonner du pouvoir aux citoyens, certaines personnes de plus en plus nombreuses  souhaitant que « de plus en plus d’actions et de comportements soient régulés par des flux d’informations » persuadés que « si l’acteur public ne contrôle pas ces flux, il perd la maîtrise de ses politiques publiques.» (Courmont, 2016)

Ces trois effets, mais la liste n’est pas exhaustive, de l’ouverture des données sur la gouvernance du numérique nous montre qu’il est peut-être opportun aujourd’hui de bien percevoir les contours de l’open-data, de s’en saisir d’un point de vue stratégique plutôt que d’un point de vue législatif.

Courmont, A. (2016). Politiques des données urbaines. Ce que l’open data fait au gouvernement urbain. Sciences Po, Paris.

Côme, T. (2013). La gouvernance des universités. Gestion et management public, Volume 2/n°1(3), 1‑5.

Loveluck, B. (2015). Réseaux, libertés et contrôle: Une généalogie politique d’internet. Armand Colin.

Parlons de stratégie et de gouvernance numériques

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search