Le jour où j’ai compris l’effet des MOOC pour l’ESR

Pas besoin de revenir sur l’acronyme de MOOC ? Il est entré dans la sémantique professionnelle de tous ceux qui forment, enseignent en présentiel et/ou à distance.

Votre moteur de recherche préféré sera d’une grande aide si cette notion vous est inconnue et que cet article vous intéresse.

Lors d’un billet précédent, un zoom a été fait sur la collection de MOOC “Compétences numériques et C2i” sur la plateforme France université Numérique.

Au cœur du projet, il me vient aujourd’hui une curieuse impression : je crois avoir compris. Compris ce que peuvent réellement apporter les MOOC, en voici les éléments livrés tels quels.

Interroger notre pédagogie

En premier lieu, la modalité interroge car il faut bien se positionner pour pouvoir avoir une évaluation d’un dispositif de formation. Oserons-nous critiquer la modalité transmissive des objets vidéos des MOOCS, alors que nous opérons de la sorte dans nos amphithéatres ? Nous permettrons nous de dire qu’au moins à la fin nous sommes disponibles pour les questions, alors que des forums permettent un échange avec ou sans mon intervention ? Etions-nous disponibles, devant aller à une autre activité de notre passionnant métier ?

Travailler au de-là des frontières de nos universités

Quelle richesse que de partager la conception, l’animation d’un dispositif numérique répartis sur 4 établissements et près d’une vingtaine de personnes. On s’enrichit de l’autre, ce type de projet permet cette richesse d’échange et de point de vue. C’est une ouverture nouvelle au de-là de nos COMUE, de notre université, de nos régions…

Reconnaitre que c’est une mission de service public

En étant subventionné par le MENSR, plus particulièrement la DGESIOP/MNES cette collection nous interroge sur la mission de service public.

Tout le monde peut s’inscrire gratuitement, recevoir les cours, des réponses à ces questions, car l’animation est réalisée par des personnels de nos universités.

La moyenne d’âge étant de 40 ans, nous ne touchons pas à nos publics de formation initiale mais bien à des nouveaux usagers. N’est-ce-pas une mission mis au goût du jour de nos universités, la diffusion des savoirs tout au long de la vie ?

Démystifier le dispositif pour le dompter

Pour nos équipes, c’est une occasion de se confronter à ce qui  interrogeait sûrement chacun d’entre eux, à savoir, mais comment-ça marche ? quelle plateforme ? comment animer ? Chacun d’entre nous découvre cette interaction singulière, “Alors, vous ne donnez pas la réponse, mais vous aidez les inscrits à la trouver seuls ou entre eux“, mais finalement n’est-ce-pas une évaluation formative et l’occasion de bien réfléchir à notre acte pédagogique ?

Augmenter l’audience

Un dispositif qui touche plus de 10 000 inscriptions ne peut qu’interroger, j’habite une ville de 10000 habitants, et la comparaison m’effraie. C’est vrai, il s’agit peut-être d’inscriptions répétées, mais il y a au moins 3394 individus différents qui suivent cette collection.

stats
Nombre d’incriptions au 8 février 2015

Alors cela interroge, sur l’enjeu, la satisfaction de chacun d’eux et l’interrogation sur la persévérance qu’il faut avoir en tant que “suiveur” de MOOC.

C’est aussi l’occasion d’introduire du 2.0 dans nos dispositifs en mettant en ligne un compte officiel sur Twitter : @MoocFunC2i.

twitter
Compte officiel @MoocFunC2i

En conclusion

Et bien, aujourd’hui, je crois pouvoir comprendre que cette expérience nous enrichit, chacun des inscrits, des participants, des membres de l’équipe pédagogique… et si cela servait seulement à cela, c’est déjà beaucoup non ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.