Comment la mise en circulation des données pourrait induire la gouvernance du numérique de l’université ou de l’établissement ?

Dans son ouvrage consacré à rendre compte du succès d’internet, Benjamin Loveluck nous affirme que « la libre circulation de l’information (sous forme de code) [peut] devenir le principal socle de l’autonomie individuelle et collective ». Il définit ainsi une nouvelle idéologie, celle du « libéralisme informationnel », une sorte de « reformulation de la théorie politique libérale fondée sur les flux d’informations au sein des réseaux informatiques » (Loveluck, 2015). Il ajoute que cette modalité en réseau offre des nouvelles formes d’auto-régulations sociales et économiques au sein de la société.

L’open-data s’inspire de cette finalité de circulation de l’information. Ouvertes les données deviennent exploitables, exploitées et il y a une création de valeurs autour des services s’appuyant sur ces données. Par exemple, l’application «Trouve  ton  campus», créée en 2014 par l’association StrasWeb formée d’étudiants et de jeunes diplômés, permettait jusqu’en 2017  aux  étudiants  de  l’Université  de Strasbourg  de  visualiser  les  moyens  de  transports  dont  ils  disposent pour se rendre sur leur campus. C’est un bon exemple de « mise en circulation des données [qui] renouvelle les modes de faire (…) en s’appuyant sur des acteurs tiers qui produisent des services à partir de ses données » (Courmont, 2016), ici une association d’étudiants.

Exemples d’écran de cette application aujourd’hui fermée

Pour nos gouvernances, au sens de «  gouvernance  ou ensemble de dispositifs mis en œuvre par la firme pour réaliser des coordinations efficaces » (Côme, 2013), à quel moment cela deviendrait-il un enjeu stratégique du numérique de l’université ou établissement ? Pour nous, il s’agit de prendre conscience que « les données [ouvertes] sont devenues un enjeu de gouvernement à partir du moment où elles ont été mises en circulation. » (Courmont, 2016). C’est donc la conséquence de l’ouverture des données que nous conseillons de saisir d’un point de vue gouvernance du numérique de l’université ou de  l’établissement. Regardons-en quelques effets.                 

Un des premiers effets est de focaliser son attention stratégique sur la qualité des données de l’organisation et de percevoir leur richesse au sein de sa propre organisation : « attachées à des producteurs, conservées dans des silos « métiers », les données sont des instruments au service d’une politique publique sectorielle. » (Courmont, 2016). Les ouvrir, dans un premier temps en interne, permet de désectoriser son activité interne, et de la penser de manière plus systémique et globale : on devient ainsi facilement le consommateur de ses propres données ouvertes.

Un des deuxième effets, est la « capacité de contrôle de l’usage qui est fait de ses données. » (Courmont, 2016), et une des conséquences la mise en place d’ « une stratégie de régulation des flux de données. Par le choix des modalités de mise en circulation des données (licences, formats, etc.), elle encourage l’attachement de ses données à certains utilisateurs ou au contraire en limite d’autres. » (Courmont, 2016)

Enfin, un des troisième effets serait de redonner du pouvoir aux citoyens, certaines personnes de plus en plus nombreuses  souhaitant que « de plus en plus d’actions et de comportements soient régulés par des flux d’informations » persuadés que « si l’acteur public ne contrôle pas ces flux, il perd la maîtrise de ses politiques publiques.» (Courmont, 2016)

Ces trois effets, mais la liste n’est pas exhaustive, de l’ouverture des données sur la gouvernance du numérique nous montre qu’il est peut-être opportun aujourd’hui de bien percevoir les contours de l’open-data, de s’en saisir d’un point de vue stratégique plutôt que d’un point de vue législatif.

Courmont, A. (2016). Politiques des données urbaines. Ce que l’open data fait au gouvernement urbain. Sciences Po, Paris.

Côme, T. (2013). La gouvernance des universités. Gestion et management public, Volume 2/n°1(3), 1‑5.

Loveluck, B. (2015). Réseaux, libertés et contrôle: Une généalogie politique d’internet. Armand Colin.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.