#UNIVCOVID19 vu du confinement

Nous observons en ce moment la crise sanitaire et son impact sur les organisations universitaires. Nous  rendons aussi service à des collègues en université via des visioconférences et des réunions informelles avec plusieurs d’entre eux : l’occasion pour nous de montrer notre solidarité face aux difficultés vécues par nos collègues.

Nous nous permettons de partager en toute modestie des premières  réflexions liées à ces observations issues des lectures sur les réseaux socio-numériques et d’entretiens à distance avec des collègues d’universités.

Une crise -> des crises

La crise sanitaire impacte nos universités c’est factuel : l’annonce de fermeture samedi soir 14 mars est arrivée alors que certaines universités avaient déjà mise en place des organisations dès vendredi, suite au message présidentiel du jeudi 12 mars. Elle a été confirmée avec des modalités plus pratiques dimanche 15 mars vers 15h. Ce triple départ à l’allumage ne facilite pas la situation organisationnelle, nous ne jugeons pas, c’est factuel.

Pour nous, les universités sont confrontées en conséquence à deux crises : la crise de leurs usagers, les étudiants, et la crise de leur organisation. Les deux sont liées par la cause, la crise sanitaire, mais les effets et comment les traiter sont différents à moyen terme.

Le paradoxe du responsable de diplôme…

L’un des exemples que l’on peut prendre pour illustrer cela est le cas du responsable de diplômes.
La stratégie de responsable de licence se retrouve entre une double injonction contradictoire et antagoniste (double bind en communication) : utiliser la stratégie de l’université, càd les dispositifs numériques dont ils disposent à moyen constant (fournis par les plans de continuité pédagogique PCP et adminsitratif PCA), et satisfaire au plus vite le besoin métier, la formation des étudiants, qui proposent leur propre dispositif numérique, c’est-à-dire en dehors de l’université, les GAFAM ou discord (une plateforme venant de la communauté des gamers).
Ce n’est pas anodin car cela inverse le flux informationnel du pouvoir : de top down, c’est-à-dire « j’applique la stratégie de l’université », une résultante de « c’est ma place dans la structure » du responsable de licence, l’on passe à bottom-up « j’accepte la mise en place par les étudiants car ils le souhaitent », une résultante de « c’est mon rôle de fonctionnaire que de satisfaire l’usager »

…et les nouveaux problèmes que cela peut engendrer

Les nouveaux problèmes  par effet domino pour l’organisation universitaire pourrait être cela :

  • Cette situation est anxiogène pour les responsable de diplômes qui, nous pensons, vont majoritairement satisfaire leurs étudiants,
  • Cela fragilise les solutions numériques déjà mises en place localement mais pour la plupart sous-dimensionnées pour raison d’équilibre budgétaire entre usage et finance,
  • Cela va faire arriver des nouveaux prestataires privés qui souhaiteront rester après la crise, et faire acheter dans l’urgence de la crise étudiantes des solutions de classe virtuelle (nous avons déjà écrit à ce sujet)
  • Cela déporte les nombreuses connexions vers l’extérieur de l’université (Hors SI) et parfois vers des structures associatives (framapad par ex.) ou des GAFAM ou des services hébergés hors de France.
  • Cela interroge des collègues qui se retrouvent dans un environnement numérique nouveau, voire dans le cas de discord, réservé à des communautés de gamers

Des effets positifs

Mais tout n’est pas négatif dans la crise d’organisation provoquée par la crise sanitaire COVID19.

L’occasion de (re)découvrir que l’immense majorité des services utilisés par la communauté universitaire étaient bien dimensionnés technologiquement, puisqu’ils fonctionnaient avant l’augmentation de connexion. Latence, deni de service, achats de licences supplémentaires,…..la semaine du 16 au 23 mars 2020 fût rude pour les dispositifs numériques existants, et les collègues en charge de cela.

Certains suggèrent une sobriété sur l’usage numérique. Un nouvel enjeu stratégique.

D’autres en profitent pour partager davantage en termes de fréquence, c’est le cas de l’espace whaller pilotée par la DGESIP, ou bien laisse leurs étudiants prendre le relais en s’appuyant sur une plateforme de gamers (Discord).

Vers un nouvel équilibre

Nous suggérons que les gouvernances du numérique universitaire fassent confiance à la solidarité exprimée par les responsables de licence ou par les étudiants, qu’ils acceptent de « laisser filer » vers des outils dont ils ne maitrisent pas le processus, mais en portant comme recommandation de cibler uniquement sur la gestion de communautés.

Les fonctionnalités classique des LMS de type « moodle » :  rendus de devoirs », transfert des documents de l’enseignant ou E/C, suivi d’activité. Plus globalement, nous ne conseillons pas de « laisser filer » les fonctions qui sont un de notre métier, la formation des étudiants : on garde le savoir-faire en interne, c’est stratégiquement plus stable à long terme. En fait il s’agit d’essayer de compenser « Faire du lien » réalisé par la partie forum de moodle par une forme plus robuste en terme de connexions, en extérieur ou en intérieur.

Nous avons aussi observé que le management sur le principe de la solidarité est aussi une solution employée par certaines universités rencontrées et qui m’ont invité dans leur réunion à distance. Il ‘s’agit de trouver une nouvelle forme d’organisation basée sur du volontariat, des étudiants volontaires relais ou des membres volontaires relais, chacun parlant à sa communauté. Ce qui fait apparaitre plusieurs interactions entre pairs plus informelles, et des interactions plus formelles entre membres et usagers. Cela permet de faire du lien, mécaniquement parlant,et solidifie l’organisation née par cette crise.

Quand le pragmatisme l’emporte face à la crise, il faudra savoir capitaliser tout cela dans les mois qui suivront : ce sera un autre temps plus serein.

Bon confinement, courage et entrain.


2 réflexions sur « #UNIVCOVID19 vu du confinement »

  1. Bien vu. J’ajouterai qu’il y a un besoin et un nouveau (?) rôle pour les service d’accompagnement numérico-pédagogique : aider les EC à naviguer dans cette jungle de prestataires inhabituels (Discord !), recommander, aider et former. La posture change par rapport au cas antérieur où ces services se focalisaient sur l’offre officielle de l’établissement. Il ne s’agit pas pour autant de satisfaire tous les caprices des EC ou des étudiant·es, ni de connaître et accompagner vers toutes ces nouvelles solutions, c’est tout bonnement impossible. D’où un équilibre à trouver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.