Couverture09

Stratégie numérique universitaire et situations de handicaps

Article extrait de la Collection numérique de l’AMUE N°09 – Accessibilité du numérique universitaire, mai 2020

Quelle stratégie numérique mettre en œuvre pour permettre l’accès aux ressources numériques de l’établissement aux personnes en situation d’handicap ? Doit-on s’appuyer sur les dispositifs existants et tenter de satisfaire ce besoin si spécifique mais si important pour nos valeurs universitaires : l’accès à l’Université pour tous ? Doit-on développer un projet spécifique sur ce sujet ? 

Comme à notre habitude, le conseil, appuyé sur notre observation de l’Enseignement supérieur et de la recherche, serait de se saisir de ces questions de manière complexe, du macro au micro, des directives ministérielles aux capacités des étudiants, afin d’entrer en une meilleure compréhension de cela. Et si projet spécifique il y a, il pourrait être un bon moyen pour accélérer le changement, en nourrissant des résultats du projet les futures expériences.

Nous pensons que s’en saisir passe par une volonté stratégique globale de l’établissement, car nous sommes devant DES situationS de handicapS : autant de situations que d’handicaps, que d’individus. Voilà une des réalités pour mieux percevoir la complexité de cette adaptation du numérique universitaire à tous nos personnels, à tous nos étudiants et stagiaires. Il n’y a pas un seul dispositif qui répondra à cette ambition mais une juxtaposition de dispositifs permettant de rendre globalement l’établissement accessible, à l’instar de l’accès aux bâtiments. Ceci pour nous nécessite une stratégie numérique déclarée au niveau du schéma stratégique de l’établissement, au plus haut de la direction de l’établissement, puis au sein du schéma directeur, le catalogue de projets.  

Nous suggérons qu’à l’instar de ce que qui se fait pour le respect du RGPD ou de la PSSI de l’établissement, le respect des préconisations interministérielles sur la mise en application de l’article 47 de la loi du 11 février 2005 sur l’égalité des chances qui stipule que « tous les services en ligne de l’État doivent être accessibles à tous » soit ajouté. Il en découlera ainsi un axe transversal à la mise en œuvre de la stratégie numérique de l’établissement.

 Pour aménager le schéma directeur résultant, nous pouvons nous appuyer sur les directives ministérielles, le Gouvernement ayant fait du handicap « une priorité du quinquennat à travers une politique interministérielle engagée »  s’appuyant sur  la Conférence nationale du handicap (Article de Mme Radian dans cette collection) et un comité interministériel du handicap. Un accompagnement d’un parcours étudiant en situation d’handicap est disponible sur le site du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Il concerne l’orientation, l’accompagnement des études, l’insertion professionnelle et la vie étudiante. Cet accompagnement concernerait 1,8% pour les universités, 1,3% pour les écoles d’enseignement supérieur, 0,6% pour les S.T.S. et C.P.G.E. selon la dernière synthèse disponible du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Cet accompagnement prend la forme d’une succession de dispositifs pour lesquels il faudra réaliser une personnalisation singulière à l’organisation de chaque établissement pour le numérique. Pour l’étudiant en situation d’handicap (ESH ou EH) le point d’entrée est une cellule d’aide  qui propose généralement des aides techniques (imprimante braille, agrandissements des sujets, prêt d’ordinateur, rehausseurs d’écran, des machines à lire…), des aides humaines (tuteurs pour prise de notes, secrétaires d’examens interprètes en Langue des signes. Les DSI et DINUM sont des alliés dans les choix technologiques et d’usages mais cela ne suffit pas, il faut rendre compatible les documents pédagogiques et administratifs à l’offre logicielle dont dispose l’étudiant sur son propre matériel. Et là débute, l’enjeu majeur : rendre compatible tous les documents. Cela passe par des formations sur des traitements de textes, par le choix d’ergonomie de solutions webs (LMS ou site institutionnel) et le respect du référentiel général d’amélioration de l’accessibilité (RGAA ou RG2A) : il est possible que le catalogue de projet numérique s’étendent ainsi jusqu’à l’usage, ce qui ne nous dérange pas du tout, bien au contraire, et prennent la forme de session de formation des personnels.

Enfin, un dernier effort pourra être porté sur une meilleure connaissance des usages numériques des étudiants en situation d’handicap sur leur propres outils quand ils en disposent : une approche centré utilisateur, un utilisateur différent et singulier. Pas toujours compatible avec des budgets serrés, l’enjeu serait-il alors d’Inclure l’accessibilité dans le budget ? Complexe, nous avons dit, n’est-ce-pas ?     


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.