Le télétravail, subi ou géré, quotidien ou exceptionnel, c’est toujours du travail !

Article extrait de la Collection numérique de l’AMUE N°10 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’Enseignement supérieur et de la recherche  saison 2, juillet 2020. Co-écrit avec David Rongeat

En période de changement de pratiques professionnelles, des initiatives émergent, des réflexions s’engagent, des conclusions s’imposent. Retour sur le partage de bonnes pratiques proposé par l’Amue

Le contexte

La crise sanitaire récente du COVID-19 a plongé subitement les universités et établissements dans une nouvelle forme d’organisations du travail, le télétravail subi de Tarik Chakor ou e-confinement de Divina Frau-Meigs. Nous considérons que la mise en place de ce télétravail a été perçue comme subie par beaucoup de membres des universités, quelques soient leurs statuts ou leurs fonctions : présence des enfants au domicile en maintenant une activité professionnelle à temps plein, utilisation de matériel personnel, installation d’un poste de travail de l’université dans un espace du domicile, installation d’un flou personnel/professionnel dans sa relation avec les collègues… Pour autant, globalement, chacun a pris sur lui afin de permettre la continuité du service public.

Des situations inégales

Certains membres avaient déjà une expérience du télétravail avant cette crise sanitaire, d’autres non. Nous avions déjà abordé cette question en 2019 lors d’un webinaire intitulé « Numérique et organisation : 1+1 devient 3 » voulant accentuer par ce titre, que nous étions dans une nouvelle situation de travail, où numérique et management s’entremêlent. Lors de ce webinaire, le Professeur Patrice Flichy, sociologue à l’Université Gustave Eiffel, revenait sur les relations entre le travail et le numérique, en citant des cas courants de métiers de l’Université d’entrelacement, le télétravail en étant un.

Interview de Patrice Flichy à la Centrif de l’Université Gustave Eiffel

Mis en place une ou plusieurs journées hebdomadaires pour certains établissements, à l’étude ou absent de l’organisation de travail pour d’autres, le télétravail induit des questionnements, une organisation, une gestion et un management différents, mais aussi la possibilité de risques psycho-sociaux.

Un recueil de bonnes pratiques et de références

Pour accompagner cet effort à fournir, l’Amue a souhaité répondre présente dès le début en proposant des idées, des orientations et des retours d’expérience, pour gérer au mieux ce changement. Un certain nombre de bonnes pratiques autour du télétravail, et plus globalement de la prise de distance dans sa pratique professionnelle (ceci incluant la pédagogie) ont été proposés.

Retour d’expérience et bonnes pratiques http://www.amue.fr/presentation/articles/article/teletravail-on-partage-les-bonnes-pratiques/

et maintenant ?

S’il est clair que le télétravail subi a levé la plupart des freins tech-nologiques, parfois non sans mal ni énergie de la part de ceux qui font le numérique des universités et établissements, il restera de cette expérience des ressentis humains singuliers qui devront servir d’expériences. Cette capitalisation d’expériences, bonnes ou mau-vaises, devra être perçue comme une nouvelle connaissance de soi, de son organisation. C’est tout l’enjeu de ce prochain semestre afin de construire ce nouveau télétravail, plein partiel ou inexistant, selon….


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.