Changement climatique, COVID-19 et la prochaine génération de l’IT dans l’Enseignement supérieur

Article paru dans la Collection numérique de l’Amue N°12 – Numérique responsable, décembre 2020

Quelle prospective peut-on faire dans l’espace nord-américain de l’Enseignement supérieur et de la recherche au sujet des technologies numériques utilisées sur les campus en regard du changement climatique ? Telle est la question générale de Brian Alexander lors du dernier congrès annuel d’Educause à Boston qui s’est déroulé en ligne.

Bryan Alexander est un futuriste, chercheur, écrivain, conférencier, consultant et enseignant de renommée internationale, travaillant dans le domaine de la façon dont la technologie transforme l’éducation.

Dans cette courte conférence, moins d’une heure, le conférencier propose de donner dans un premier temps son point de vue systémique sur l’enseignement supérieur en Amérique du nord, en donnant quelques exemples individuels sans perdre de vue qu’il s’agit d’un système complexe. Puis il propose de prendre le recul sur la crise sanitaire, qui « s’est imposée à nous violemment », afin d’émettre des préconisations pour un campus durable.

Un sujet endogène au campus…

Pour lui, se saisir du changement climatique dans l’Enseignement supérieur et de la recherche américain, c’est se focaliser sur « les collèges ou les campus universitaires, en pensant à l’environnement physique (…) l’environnement bâti, aux résidences, aux bâtiments administratifs, aux stades, aux bibliothèques, etc. » et comment « modifier tous ces éléments pour les rendre neutres en carbone. ». C’est aussi la gestion de l’énergie sur le campus et il rappelle que « Certains campus commencent déjà à produire de plus en plus d’électricité sur le campus, que ce soit par le biais du solaire ou de la biomasse ». Le transport vers/dans les campus est aussi un sujet à aborder selon lui.

… mais aussi exogène

Il insiste aussi sur « la question des campus qui sont physiquement en danger par le changement climatique (…) parce que certaines régions sont confrontées à la montée des eaux ou à l’avancée des prairies ou du désert, auquel cas ces campus doivent en tenir compte »  et se demande s’il ne manque pas de logique de collaboration (de mutualisation ?) entre universités pour résoudre ce problème ensemble. Il insiste sur le fait que ce n’est pas qu’un problème américain en Floride ou en Californie mais cela concerne aussi  « l’Inde, (…) la Méditerranée, (…) le littoral africain ». Cette problématique a été observée comme résolue par le conférencier dans « des campus des Pays-Bas, des campus japonais et des campus du New Jersey qui essaient de mettre en place une sorte de réponse universitaire mondiale au changement climatique. »

Au niveau des campus, les technologies numériques doivent contribuer pour améliorer cette situation

« La rénovation des bâtiments, l’installation de nouveaux bâtiments, le changement de l’environnement bâti » sont autant de sujets où les technologies interviennent avec de nouveau problème d’infrastructure à résoudre. Le conférencier nous invite « penser à voir ce qu’il advient du travail universitaire en ligne » en s’appuyant sur la tendance simpliste que « le déplacement de plus en plus d’opérations du face à face vers l’Internet » serait « l’un des effets secondaires de l’atténuation du changement climatique ». Il nous rappelle que nous devons « nous efforcer pour rendre l’expérience de l’éducation en ligne beaucoup plus vivante et engageante. » ce qui provoquera à terme «une augmentation de la demande en matière d’informatique sur les campus ». Les technologies numériques consommant du carbone (par la consommation électrique), il existe un risque « que les gens soutiennent que nous devrions en utiliser moins. ». Les DSI devront alors gérer ce paradoxe, « par exemple, si l’impact sur le climat devient la mission du campus, imaginez ce qui arrive à la DSI du campus pour qui la réduction des postes clients [RD1] est la clé de sa mission. »

Cette tendance locale pourrait être atténuée globalement en développement un monde universitaire plus open « éducation ouverte ou OpenEducation, les logiciels à source ouverte ou OpenSource, l’accès ouvert et l’enseignement ouvert ou OpenAccess » 

La recherche changera

Pour le conférencier, la recherche évoluera par les nouvelles problématiques apportées par le changement climatique, pour apporter de nouvelles connaissances : cela touchera les disciplines historiques de recherche (réduction du nombre d’étudiants, de crédits de recherche…).  Nous devons imaginer qu’il y aura « de nouveaux domaines de recherche qui se diviseront d’abord » : «par exemple, nous pourrions voir des mouvements de campus contre l’ingénierie pétrolière comme une activité majeure ». Il y aurait aussi certains domaines universitaires qui s’étendent et d’autres qui se contractent. Pour continuer cet argumentaire, il ajoute que «nous pourrions voir apparaître de nouveaux domaines ou de nouvelles disciplines. Au croisement entre les sciences humaines, les sciences naturelles cherchant des diverses formes d’atténuation du changement climatique ».

Et la pédagogie universitaire ? 

En travaillant avec une génération d’étudiants plus sensibles à la cause du changement climatique et comment la réduire, « nous pourrions voir plus tard une sorte de changement de culture de l’enseignement et de l’apprentissage, des désirs de décoloniser les programmes d’études pour décoloniser le campus ou même une décolonisation totale ». Il faut également « s’attendre à des changements dans les modalités d’inscriptions, c’est-à-dire dans les cours que les gens suivent, dans les matières principales. » qui ne le seront plus et voir apparaitre « des programmes de formation entier sur le climat ».

Parlons du covid maintenant

Cette année de crise sanitaire « nous a fait détourner du regard du changement climatique », pour autant « nous pouvons en retenir des enseignements ». Il rappelle, en étant stupéfié de cela, que « nous avons rapidement mis en ligne la quasi-totalité de l’enseignement supérieur », que «toutes sortes d’innovations institutionnelles » sont nées. Pour mémoire il nous conseille la lecture de la proposition de  Edward J. Maloney et Joshua Kim [1]: la crise a provoqué cela. Il insiste sur «une chose vraiment positive, qui est une sorte de renaissance du design pédagogique : dans la perspective du changement climatique, nous devrons mettre les designers au premier plan. » 

Ce qui est arrivé aussi, est l’arrêt de la production polluante : « on nous a donné une sorte d’aperçu du monde où nous décidons de ne plus contribuer au changement climatique » mais il s’interroge sur ce que nous devons en faire de ce constat, une fois la crise sanitaire terminée. 

Pour lui, la crise a démontré qu’« on nous a donné une sorte d’aperçu du monde où nous décidons de ne plus contribuer au changement climatique » où les décisions difficiles ont été prises malgré tout.

Pour finir sur quelques sources d’inspirations

La première est de « que nos étudiants peuvent être étonnants (…) ils travaillent. Ils sont créatifs, réfléchis, engagés. Ils m’inspirent tous les jours. Je les considère comme un cadeau.»

La deuxième au lieu de répondre « à la terreur ou au stress en se retirant, en ne changeant rien, en protégeant à outrance », « il faut tendre la main, (…) c’est le moment idéal pour collaborer. Il ajoute que « le campus a pu apprendre les uns des autres au-delà des frontières nationales, au-delà des frontières des États, encore plus. » : il insiste sur un monde plus open.

Enfin, en troisième, nous devons développer notre « sens de la justice sociale et de l’équité. » pour construire comment nous pouvons faire face au changement climatique.

Citation de la conférence :  Educause (2020). Climate Change, COVID-19, and the Next Generation of Higher Ed IT. Brian Alexander Ï https://edu20.educause.edu/live-stream/19753234/Climate-Change-COVID-19-and-the-Next-Generation-of-Higher-Ed-IT

Transcription et traduction outillées par l’IDEFI  https://mtranslate.univ-perp.fr/, un grand merci à Samuel Calegari et Julien Lugand.   


[1] Inside Higher Ed. (2020). 15 Fall Scenarios | Edward J. Maloney & Joshua Kim. https://www.insidehighered.com/digital-learning/blogs/learning-innovation/15-fall-scenarios


 [RD1]Des postes clients ?
réduction des services clients ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.