On est Libre à Max’

Article paru dans la collection numérique de l’Amue n°13

N°13 – Vive le Numérique libre, février 2021

Aborder le Libre en 2021, c’est le considérer dans son ensemble, depuis ceux qui le font à ceux qui l’utilisent en passant par ceux qui légifèrent. Essayer de comprendre son relatif succès dans les Universités et établissements, c’est s’interroger sur nos propres pratiques, parfois nos valeurs.

Pour l’usage, comprenons ici l’usage des technologies numériques dans notre quotidien, qu’il soit professionnel ou personnel, il a été longtemps considéré comme une pratique de pionniers, d’afficionados ou de militants : que ceux qui se reconnaissent nous pardonnent cette typologie restrictive et réductrice. Aujourd’hui, l’usage de solutions sous Licence Libre est plus accessible, mais aussi plus performant, avec des marques comme Wikipedia, Libre-Office, VLC media player, 7-zip, ThunderBird ou Mozilla Firefox pour ne citer qu’elles. C’est une alternative  peu coûteuse, et encore plus en ce moment, ne boudons pas l’économie faite ainsi, pour un usage « classique » d’un.e étudiant.e dans sa vie dans les universités et établissements combiné bien souvent par des solutions Libres utilisées dans le domaine de la formation et vie étudiante. 

On remarquera que dans les usages particuliers, il arrive de confondre Libre et gratuit. Ce qui n’est pas le cas dans le monde professionnel, convenons-en. Il existe une part de marché couverte par la contractualisation financière autour de prestations de services associées à des solutions Libres : formation, installation, conseil, audits… Et ce marché est aujourd’hui organisé en direction du monde universitaire.

Les universités et établissements sont adeptes aussi de solutions Libres avec des marques qui tiennent le haut du classement comme, bien évidemment en France, la plateforme de formation en ligne Moodle, mais aussi des solutions de messagerie, comme Zimbra ou bien Horde, et depuis le premier confinement, et sa nécessité associée de réaliser des classes virtuelles, BigBlueButton. Une enquête réalisée par la CPU durant le premier confinement de la crise sanitaire du COVID-19 a permis de montrer les principales solutions utilisées par les 43 universités répondantes.

Figure 1 : Solutions utilisées en confinement dans l’ESR FR (avril 2020)

Si on reconnait des marques propriétaires, on y reconnait aussi une déclaration de mises en place de solutions Libres pour assurer la continuité durant cette période difficile. Ces choix ont été pris dans chaque établissement, en tenant compte de ses capacités financières, mais aussi en termes de compétences, sa singularité. 

Et c’est sur les compétences professionnelles que nous terminerons cet article, en reconnaissant qu’adopter des solutions libres nécessite de manier des concepts dans leur globalité, de maitriser l’architecture logicielle de développement de solutions, de se maintenir en compétence mais aussi accepter de rentrer dans une logique de partage de compétences avec une communauté. Ce que nous sommes en fait.

Vous l’aurez compris, nous sommes toutes et tous des « Monsieur Jourdain », le Bourgeois Gentilhomme de Molière, et nous faisons du Libre sans le savoir : apprenons aujourd’hui à nous délecter du plaisir de découvrir que nous sommes aussi membres d’une communauté.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.