Gouvernance du bateau The HigherEd digital : la place de l’expérience étudiant

Extrait du rapport de la délégation française au congrès Educause 2020

Mesdames et Messieurs, bienvenue à bord du bateau The HigherEd digital, un lieu où vous pourrez  comprendre le rôle de chacun mais aussi la volonté d’aller tous dans une même direction, un discours commun à toutes les présentations retenues dans ce congrès, quelle que soit la place dans l’université ou l’action dans le numérique universitaire de l’intervenant.

Figure 1 D’après Origami de Miguel Á. Padriñán sur Pixabay

Nous avons cette année proposé de couvrir le thème de l’expérience étudiants ou studentsX. Non pas comme expérience pour en relater les cas d’usages, ce sera fait dans les autres parties de ce rapport, mais bien comment les universités présentes à Educause organisent/augmentent la participation des étudiants dans les dispositifs numériques mis en place.

Il s’agit bien pour nous d’une question de gouvernance, compris ici comme « une technique de gestion sociale reposant sur la création d’une relation de confiance entre les différents partenaires du processus de décision politique. » (Pitseys, 2010). On y trouve aussi bien les dispositifs que les acteurs, les changeurs comme les changés, les processus et les outils permettant au bateau The HigherEd digital, nous prendrons cette image comme fil conducteur de cet article, d’être à la fois conduit par ceux qui tiennent la gouverne que ceux qui acceptent de prendre la direction choisie. Et parfois rament…

A.   Gouvernail et rameurs

La transformation numérique vue par eux

Notre choix pour comprendre la gouvernance mise en place dans certaines universités nord-américaines s’est porté sur les travaux de recherche d’Educause (Brooks, Lang, et Pelletier 2020). Nous avions déjà rendu compte des réflexions basées sur cette recherche-action menée par Educause dans le rapport de 2019 (Afonso et al., 2020, p.27). Cette année, l’équipe de recherche propose davantage,

plus en profondeur d’un point de vue organisation, en ciblant la transformation numérique menant au  succès de l’étudiant. 

Pour ce groupe d’experts, la transformation passe par plusieurs étapes ou paliers. Leur démarche consiste pour cette session à repérer comment la réussite étudiante contribue à transformer le numérique universitaire.

Dans la première étape, la digitization ou numérisation, les principaux résultats de cette étude sont « de rendre la priorité stratégique à la réussite des étudiants » et de « réorienter l’établissement d’une culture d’inscription vers une culture de diplomation ». La numérisation de l’information a conduit à plusieurs gains imprévus : « améliorations des catalogues de cours  et de la qualité des nominations des  conseillers. ». Dans une seconde étape, les experts reconnaissent que l’approche centrée sur la réussite étudiante « aide à mieux organiser l’information » en luttant contre « le manque de coordination » en insistant sur une gouvernance de la donnée (qui produit pour quoi ?). Elle nécessite « un effort considérable, nécessaire pour préparer les données existantes à l’intégration » d’un point de vue compétences, techniques ou managériales mais aussi d’un point de vue financier pour lever les obstacles. Les experts attirent l’attention sur les principales préoccupations qui sont liées à l’adoption par les utilisateurs finaux, sur l’introduction de complexités systémiques et sur les  pressions exercées sur la capacité de l’organisation à changer. Dans la troisième étape, celle où des systèmes aident à automatiser et à simplifier les processus, les professeurs et les étudiants adoptent les outils de réussite des étudiants mieux que prévu initialement. Enfin, dans cette étude, un dernier regard est porté sur cette complexité autour des données, en ajoutant le volet éthique et respect des données personnelles.

Quand l’université arrive à la cinquième et dernière étape,  les experts estiment qu’il y a bien transformation de l’institution.

Figure 2 : Parcours et pièges : transformation numérique de la réussite des étudiants (Brooks, Lang, et Pelletier 2020). Un merci spécial au Dr Christopher Brooks pour cette image.

En résumé, il est nécessaire de connaitre sa propre maturité institutionnelle en termes de technologies numériques et de planifier sa transformation numérique en la centrant sur la réussite étudiante.

Imaginer de nouveau l’engagement des étudiants.

La Florida State University a lancé une initiative d’engagement des étudiants il y a plus d’un an, sous l’appellation « Campus reimagined, a place of becomming » (Florida State University, 2020). Ce projet mené par Solveig Brown & Sean Brown propose une approche de l’expérience étudiant en donnant davantage la participation aux étudiants en amont des changements et en insistant sur le fait qu’être sur un campus doit avoir « la même magie qu’un parc d’attractions ». Les étudiants sont ainsi invités à participer à la reconstruction de leur campus.

Figure 3 : Appel à contribution des étudiants (Source Florida State University)

C’est un projet long que construit Florida State University de 2030, dans une logique progressive de combiner le virtuel et réel, mais aussi dans une logique de parcours étudiant, du prospect au diplômé. L’étudiant devenant un client de son parcours de formation. Pour cela, chaque étudiant apporte ses passions personnelles et ses expériences de vie uniques sur le campus.

Figure 4 : Faire correspondre la passion et la connaissance (Source Florida State University)

Ces entretiens auprès des étudiants ont pris la forme d‘atelier créatif et de projets demandés aux étudiants parmi lesquels on retrouve des améliorations du design des espace de cours, d’un point de vue matériel ou de planification de cours 

B.   Des expériences étudiants

La perception est tout : le point de vue des étudiants sur la technologie sur le campus

Pour connaitre le besoin étudiant, il est évident qu’il faille aller vers eux, par des ateliers comme cette initiative précédente, ou par des témoignages. Une des conférences du congrès de cette année, faisait la part belle à des retours d’expériences étudiants, session animée par JD White, VP, Gestion des produits chez Anthology Inc (White 2020). Bien que cet entretien ne soit pas représentatif de la communauté étudiante, nous avons décidé d’en extraire quelques extraits. Morceaux choisis.

Figure 5 : Retour d’expériences étudiants (White 2020)

Quatre étudiants, une femme et trois hommes, inscrits dans quatre établissements distincts : l’Université située à Wilkes Bare en Pennsylvanie, l’Université Central Michigan, l’Université du Kansas à Lawrence et l’Université Temple à Philadelphie. Ils sont tous invités à proposer une évolution idéale de leur vie d’étudiants en matière de technologies numériques, guidé par une série de questions posées par l’animateur.

Au sujet de la relation étudiant/institution, l’usage du smartphone comme moyen d’informations poussées est apprécié, « quand c’est utile, cela me permet de m’organiser ». Un des étudiants, tuteur d’étudiants plus jeunes, apprécie les dispositifs visuels de suivis d’étudiants et aimerait en avoir davantage. Un autre espère un service numérique afin que « nous puissions nous aider les et les autres, comme dans la classe, mais en dehors de la salle de classe ». Le Covid a marqué ces quatre témoins, et l’un d’eux estime que «  s’il y a quelque chose que cette pandémie m’a appris sur l’utilisation des technologies, c’est qu’il y a certainement des choses que nous ne pouvons pas remplacer par la technologie. ». Ils reconnaissent aussi « qu’il y a des processus qui n’auraient jamais dû être en ligne ou des demandes » car l’établissement disposait déjà de l’information.

Un autre sujet abordé, important aux USA, c’est l’impact des technologies numériques dans le choix de son établissement d’études. Déjà projeté dans un système universitaire fonctionnant avec le Covid comme contrainte, nous avons pu entendre que « Tout est virtuel donc j’y vais » ou bien « ils ont une visite virtuelle qui fait que je peux vraiment voir le campus », et dans les contacts ils privilégient « avec de bons systèmes en place » permettant de se  « sentir comme, si vous étiez en conversation en face à face ». Cela nous interroge sur la stratégie à mettre en œuvre (et les moyens) « Qu’ils soient physiques ou virtuels, les campus et les institutions doivent vraiment réfléchir au genre d’intention par laquelle ils installent ces parcours étudiant »

Dans les modalités d’inscription au cours, il apparait un personnage, le conseiller de cours, et comment la relation se passe avec l’étudiant. C’est à ce niveau que l’écueil est le plus important, certains témoins citant « que le mail est arrivé un peu tard » mais « C’est peut-être aussi de ma faute » ou bien que « le conseiller n’est pas disponible par rendez-vous avant trop longtemps ». Personnage accompagnant le choix du cours, nous constatons son rôle indispensable pour une organisation centrée sur l’étudiant.

Enfin certains étudiants perçoivent que la communication ne passe pas entre les bureaux administratifs qui fonctionnent parfois « en silo », obligeant l’étudiant à être porteur des messages interservices.   

L’animateur termine par les préconisations suivantes « Développez une compréhension du point de vue des étudiants sur la technologie sur le campus », « Écoutez des idées sur la façon d’intégrer les commentaires des étudiants dans votre stratégie technologique » et « Apprenez à intégrer la préparation à la carrière tout au long du parcours de l’étudiant »

C.   Quelques dispositifs emblématiques de ce sujet durant ce congrès

Nous avons fait le choix de porter à votre connaissance deux formes de régulations mises en œuvre autour de l’expérience étudiant. La première concerne des learning analytics (analyse de traces d’apprentissage) à l’Université d’Indiana-Université Purdue d’Indianapolis et à l’Université de Lynchburg. La seconde se déroule à l’Université d’Arizona, et comment sont développés des ateliers participatifs avec les étudiants ?

5 façons d’améliorer l’engagement et la réussite des étudiants.

L’amélioration par l’analyse des traces dans le LMS de Google Cloud est proposée comme retour d’expériences.  Mathew Rust propose de faire de la prédiction de réussite à partir de mesure sur Canvas LMS, un score d’engagements, des learning analytics en relation avec Google Cloud.

Figure 6 Score d’engagement étudiant par Mathew Rust (Rust et Butcher 2020)

Nous nous gardons bien de faire l’apologie de ce type de régulation, ignorant les précautions RGPD mises en œuvre dans cette expérience dans le contexte US et émettant des doutes sur l’indicateur montré sur la diapositive lors de cette conférence.

Le second témoignage de Charley Butcher propose de rendre compte de son expérience dans son université au travers d’enquête via la plateforme de formation. On retiendra que les étudiants dans ce cas précis et majoritairement voulaient une session de cours en ligne et synchrone proposée en replay, avec une classe virtuelle en continuité e une forte présence des enseignants.

Figure 7 : Retour d’expériences par Charley Butcher (Rust et Butcher 2020)

Issu, entre autres, de ces deux expériences, il est proposé par les protagonistes, sous le regard de Google, 5 façons d’améliorer l’engagement et la réussite des étudiants :

  • permettre au personnel enseignant de travailler en petit groupe
  • faire travailler les élèves ensemble, collaborer et discuter en temps réel
  • examiner les empreintes numériques laissées derrière vous pour mieux comprendre votre façon d’enseigner et d’apprendre
  • Travailler avec des collègues sur le campus et aider les professeurs à partager leurs techniques d’enseignement à distance
  • fournir aux conseillers une boîte à outils de mesure qui peut les aider à intervenir rapidement et à utiliser des coups de pouce aux étudiants

Pour aider nos élèves à courir, il faut les faire trébucher : une histoire de personnalisation apportée par les étudiants en situation d’amélioration continue

Le travail de transformation numérique à grande échelle de l’Université de l’Arizona passe par des ateliers avec les acteurs de l’université dont les étudiants. Cela prend la forme d’ateliers créatifs en mode agile durant lesquels il est proposé aux étudiants de participer à la refonte de certains services numériques, du concept jusqu’au design des écrans.

Figure 8 : ateliers participatifs (Aronson et Mcillece 2020)

Il ressort que l’étudiant apparait ainsi au centre du système universitaire représenté en trois pôles : l’administré, l’académique et la vie étudiante. Cette vision nous parait intéressante.

Figure 9 : l’étudiant au centre des trois situations de sa vie

La préconisation serait de mettre en œuvre ce type d’ateliers afin de percevoir le réel besoin des étudiants qui partage leur temps entre les rois pôles d’activités.

D.   Vogue la galère #Covid19

La dernière partie de notre article concerne (bien évidement ?) l’impact du Covid19 sur l’expérience étudiants et sur la gouvernance en période de crise recueillis auprès de l’université de Davenport (design des formations en mesurant l’impact sur les étudiants comme sur les organisations) et auprès de l’Université de Findlay, l’Université du sud du Mississippi et l’Université de Houston (mise en place d’un service d’alerte aux étudiants)

Design des formations à distance

À l’Université de Davenport, au Michigan, un élément clé de la transformation numérique est la transition vers un modèle d’apprentissage mixte, qui vise à offrir aux étudiants une flexibilité et une accessibilité accrues (Ferluga et Kowalczk 2020). Et cela avant la crise du Covid19. L’étudiant choisit son parcours en ligne synchrone ou asynchrone ou bien en présentiel, comme il le ressent.

Figure 10 : Le dispositif Flex de l’Université de Davenport (Source Educause)

En conséquence, les étudiants peuvent basculer entre les modalités d’apprentissage en fonction de leurs besoins individuels et de leur niveau de confort. Ce concept, nommé Flex !, a été analysé d’un point de vue impact sur l’étudiant mais aussi sur l’organisation de l’université : c’est pour nous intéressant de penser ainsi, le double impact.

Figure 11 : Point de vue étudiant
Figure 12 : Point de vue de l’université

Bien entendu, cette expérience, préfiguratrice des solutions mises en place pour la crise sanitaire a permis, selon les collègues la relatant, d’atténuer l’organisation de la mise à distance provoquée par la crise sanitaire.

L’alerte aux étudiants

Nous avons constaté, et la crise sanitaire y est pour quelque chose, la présence de témoignage de mise en place d’application sur smartphone pour pouvoir, alerter ou prévenir les étudiants de changement dû au Covid19. Comme en France d’ailleurs. Il est fort à parier que le mail étudiant est moins efficace qu’une information pousser sur le smartphone de l’étudiant, c’est le choix de ses projets.

Figure 13 : l’Université de Findlay, l’Université du sud du Mississippi et l’Université de Houston passent à une application

D’autres arguments sont aussi donnés sur la capacité à augmenter l’image de marque en amont du choix de l’étudiant, une des inquiétudes des universités américaines.

A.   Pour finir, quelques sources d’inspirations destinées aux gouvernances

Et nous finissons par trois préconisations aux gouvernances issues de l’intervention d’Alexander Brian (Mocquet 2020), un chercheur américain sur le numérique universitaire.

  • La première est de « que nos étudiants peuvent être étonnants (…) ils travaillent. Ils sont créatifs, réfléchis, engagés. Ils m’inspirent tous les jours. Je les considère comme un cadeau.»
  • La deuxième au lieu de répondre « à la terreur ou au stress en se retirant, en ne changeant rien, en protégeant à outrance », « il faut tendre la main, (…) c’est le moment idéal pour collaborer ». Il ajoute que « le campus a pu apprendre les uns des autres, au-delà des frontières nationales, au-delà des frontières des États encore plus. » : il insiste sur un monde plus open.
  • Enfin, en troisième, nous devons développer notre « sens de la justice sociale et de l’équité. » pour construire comment nous pouvons faire face au changement climatique.

De bien bons conseils pour les gouvernances, c’est-à-dire ceux qui tiennent le gouvernail, ceux qui rament et ceux qui utilisent les services numériques, une croisière du bateau The HigherEd digital  à créer tous ensemble, non ?  

Vogue, vogue, petit navire !

Figure 15 : la présentation PDF à télécharger


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.