Projet de recherche

Comme les membres d’ICIN du MICA de Bordeaux Montaigne, nous considérons que les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ne peuvent plus être considérées seulement comme un objet technique d’étude. Nous devons nous positionner dans une vision plus globale[1], plus systémique, une pensée plus complexe[2] en associant l’observation de leurs effets sur la société, mais aussi la façon dont les individus s’en emparent et développent des usages du numérique[3]. Cette posture offre une vision plus conceptuelle des TIC, et permet d’envisager une meilleure compréhension

  • des différentes perceptions de cet objet de la part des acteurs de la Société,
  • des impacts sur la gouvernance numérique des organisations.

Cette transformation numérique de la Société, et les questions qui l’entourent, concernent pleinement les sciences de l’information et de la communication (SIC). Et c’est bien sur les effets des TIC, que les SIC prennent toutes leurs puissances d’approche. Pierre Lévy avance concernant la cyberculture apportée par les TIC que « deux thèses s’affrontent à propos des effets des TIC »[4]. La première concerne les « effets d’amplification des travers dénoncés à propos des médias », il faut comprendre ici la perte de relation avec l’espace réel, le repli sur un privé limité en relation. L’autre thèse nous convient davantage car il montre des ruptures plus positives comme « la réanimation de la société civile, le renforcement du dialogue et de l’initiative individuelle par l’interactivité »[5]. Nous estimons qu’il existe surtout des usages différenciés et singuliers des TIC, différenciés par la singularité des individus qui les mettent en œuvre et différenciés, aussi, par le contexte dans lequel cette technologie s’exprime.

Nous estimons que pour qu’un acteur social s’approprie cet objet de pensée, il se doit de lui donner du sens. Les TIC sont généralement perçues comme un ensemble d’outils, des outils tantôt concrets (le matériel, les logiciels) tantôt abstraits (cloud par exemple) pour les acteurs sociaux. Nous pourrions rattacher à cet objet les diverses perceptions que la Société a des TIC, et proposer d’en organiser les connaissances associées. Tenter cette démarche, c’est pour nous aborder conceptuellement les TIC, selon un point de vue sociotechnique, en observant la construction sociale des technologies[6], c’est-à-dire les interactions entre la Société et le monde technologique : nous parlerons alors de numérique. Cette meilleure compréhension pourra permettre à chacun d’entre nous de mieux percevoir la réalité en cherchant des modes de représentation connus, et d’organiser cette connaissance, par exemple en catégorisant les informations recueillies.

Pour reprendre des travaux de P. Chambat, nous pouvons analyser les effets des TIC à travers un discours sur la technique, sur les objets ou sur le quotidien[7]. Ainsi, en saisissant l’un ou l’autre de ces modèles, notre recherche pourra être classée « dans le paradigme de la diffusion (la technique), le paradigme de l’innovation (les objets) ou le paradigme de l’appropriation (le quotidien) »[8].

Cette évolution des problématiques de recherche peut faire débat au point parfois d’opposer la technique et le social, une logique déterministe à une logique organisationnelle, nous préférons la dialogie de Morin.

J’envisage de déposer sur ce blog les éléments permettant  de contribuer à une meilleure compréhension de la gouvernance numérique des organisations publiques, en mobilisant l’analyse stratégique[9], et de porter notre intérêt sur l’impact de l’évolution des usages numériques dans les systèmes d’informations et de communication, y compris dans le contexte de formation.

[1] Rosnay, J. de. (1977). Le macroscope – Vers une vision globale. Paris: Seuil.

[2] Morin, E. (2014). Introduction à la pensée complexe. Paris: Points.

[3] Proulx, S. (2005). Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui: enjeux–modèles–tendances. Enjeux et usages des TIC: aspects sociaux et culturels, 1, 7‑20.

[4] Levy. (1998). Qu’est ce que le virtuel? Paris: La Découverte.

[5] Mucchielli, A. (2006). Les sciences de l’information et de la communication. Hachette éducation.

[6] Bijker, W. E. (1997). Of bicycles, bakelites, and bulbs: Toward a theory of sociotechnical change. MIT press.

[7] Chambat, P. (1994). Usages des technologies de l’information et de la communication (TIC): évolution des problématiques. Technologies de l’information et société.

[8] Kane, O. (2013). Les usages des TIC entre analyse sociotechnique et théories de l’appropriation: état de la littérature. Les enjeux de la communication. Libreville: Presses universitaires du Gabon, 23‑42.

[9] Bernoux, P. (2014). Sociologie des organisations. Initiation théorique suivie de douze cas pratiques (La): Initiation théorique suivie de douze cas pratiques. Points.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.