Le jour où j’ai compris l’effet des MOOC pour l’ESR

Pas besoin de revenir sur l’acronyme de MOOC ? Il est entré dans la sémantique professionnelle de tous ceux qui forment, enseignent en présentiel et/ou à distance.

Votre moteur de recherche préféré sera d’une grande aide si cette notion vous est inconnue et que cet article vous intéresse.

Lors d’un billet précédent, un zoom a été fait sur la collection de MOOC “Compétences numériques et C2i” sur la plateforme France université Numérique.

Au cœur du projet, il me vient aujourd’hui une curieuse impression : je crois avoir compris. Compris ce que peuvent réellement apporter les MOOC, en voici les éléments livrés tels quels.

Interroger notre pédagogie

En premier lieu, la modalité interroge car il faut bien se positionner pour pouvoir avoir une évaluation d’un dispositif de formation. Oserons-nous critiquer la modalité transmissive des objets vidéos des MOOCS, alors que nous opérons de la sorte dans nos amphithéatres ? Nous permettrons nous de dire qu’au moins à la fin nous sommes disponibles pour les questions, alors que des forums permettent un échange avec ou sans mon intervention ? Etions-nous disponibles, devant aller à une autre activité de notre passionnant métier ?

Travailler au de-là des frontières de nos universités

Quelle richesse que de partager la conception, l’animation d’un dispositif numérique répartis sur 4 établissements et près d’une vingtaine de personnes. On s’enrichit de l’autre, ce type de projet permet cette richesse d’échange et de point de vue. C’est une ouverture nouvelle au de-là de nos COMUE, de notre université, de nos régions…

Reconnaitre que c’est une mission de service public

En étant subventionné par le MENSR, plus particulièrement la DGESIOP/MNES cette collection nous interroge sur la mission de service public.

Tout le monde peut s’inscrire gratuitement, recevoir les cours, des réponses à ces questions, car l’animation est réalisée par des personnels de nos universités.

La moyenne d’âge étant de 40 ans, nous ne touchons pas à nos publics de formation initiale mais bien à des nouveaux usagers. N’est-ce-pas une mission mis au goût du jour de nos universités, la diffusion des savoirs tout au long de la vie ?

Démystifier le dispositif pour le dompter

Pour nos équipes, c’est une occasion de se confronter à ce qui  interrogeait sûrement chacun d’entre eux, à savoir, mais comment-ça marche ? quelle plateforme ? comment animer ? Chacun d’entre nous découvre cette interaction singulière, “Alors, vous ne donnez pas la réponse, mais vous aidez les inscrits à la trouver seuls ou entre eux“, mais finalement n’est-ce-pas une évaluation formative et l’occasion de bien réfléchir à notre acte pédagogique ?

Augmenter l’audience

Un dispositif qui touche plus de 10 000 inscriptions ne peut qu’interroger, j’habite une ville de 10000 habitants, et la comparaison m’effraie. C’est vrai, il s’agit peut-être d’inscriptions répétées, mais il y a au moins 3394 individus différents qui suivent cette collection.

stats
Nombre d’incriptions au 8 février 2015

Alors cela interroge, sur l’enjeu, la satisfaction de chacun d’eux et l’interrogation sur la persévérance qu’il faut avoir en tant que “suiveur” de MOOC.

C’est aussi l’occasion d’introduire du 2.0 dans nos dispositifs en mettant en ligne un compte officiel sur Twitter : @MoocFunC2i.

twitter
Compte officiel @MoocFunC2i

En conclusion

Et bien, aujourd’hui, je crois pouvoir comprendre que cette expérience nous enrichit, chacun des inscrits, des participants, des membres de l’équipe pédagogique… et si cela servait seulement à cela, c’est déjà beaucoup non ?

Résumé de ma thèse : La gouvernance universitaire et l’évolution des usages du numérique : Nouveaux enjeux pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche français.

Thèse dirigée par Lise VIERIA

MICA-Axe ICIN, Université Bordeaux- Montaigne, France

Référence : Mocquet, B. (2017). La gouvernance universitaire et l’évolution des usages du numérique : nouveaux enjeux pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche français (phdthesis). Université Michel de Montaigne – Bordeaux III. Consulté à l’adresse https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01758565/document

Soutenue le 12 décembre 2017

Résumé

Nous constatons que les universités sont confrontées à un double mouvement de la société sur leur organisation provoquant une nécessité de changement.

Le premier concerne l’environnement institutionnel changeant depuis la loi Enseignement Supérieur et de la Recherche de 2013 : passage à la responsabilité et compétences élargies, contraintes budgétaires fortes, évolutions sociales des apprenants, nouvelle pratique managériale dans le secteur public. Ce premier mouvement provoque pour nous un paradoxe : la naissance d’un phénomène d’isomorphisme institutionnel, les comportements des universités convergent quand bien même chacune d’elles tente d’être plus attractive que l’autre sur le marché de la formation tout au long de la vie.

Par ailleurs, un second mouvement, qui concerne les membres et les usagers des universités, apparaît au regard des usages des Technologies de l’information et de la communication (TIC) dans la société : la facilité d’accès à la connaissance au moyen de nouvelles plateformes, l’adoption des TIC dans la société catalysent cela.

En réaction à ces deux mouvements, nous estimons que les universités sont en changement. Nous tenterons de démontrer que l’instabilité provoquée par l’arrivée du numérique dans les universités est une occasion de faire évoluer le système universitaire, au point de créer un nouveau point d’équilibre s’appuyant sur une nouvelle gouvernance : la gouvernance numérique universitaire. Nous étayons notre question par un corps d’hypothèses constitué à partir de notre expérience personnelle et des repères de recherches scientifiques. C’est ainsi que nous faisons les hypothèses que (1) le système évolue vers une nouvelle gouvernance du numérique, orchestrant la transformation numérique de l’université en jouant des flux informationnels descendants et ascendants, que (2) des dispositifs numériques singulier à chaque université développent les usages du numériques des acteurs, et que (3) l’établissement tire bénéfice de cette réorganisation en terme d’image d de marque et positionnement au sein du système universitaire.

Pour notre observation, il s’agit bien de confronter la vision d’un praticien de la stratégie du numérique dans l’ESR, avec la décomposition de cette vision à travers le filtre de la complexité des disciplines universitaires mêlées dans cette stratégie, l’une enrichissant l’autre et inversement, nous possèderons ainsi une vision diplopique de notre objet de recherche.

Notre position épistémologique est centrée sur les relations entre les acteurs du système universitaire français et la signification des échanges. Elle s’appuie sur un modèle inductif et interprétatif qui se construit à partir des observations de terrains, et dans lequel nous cherchons des significations. Cette épistémologie est constructiviste.

Concernant l’observation des acteurs en charge du pilotage de la gouvernance des établissements de l’ESR, nous mettons à profit notre propre statut d’acteur au sein du système universitaire pour adopter une position d’observation participante. Bien que de taille réduite, moins de 100 individus, ce groupe social ne se prête pas à une observation aisée, car il est de type fermé, et soumis à confidentialité stratégique. Notre position en facilite le recueil de données. La part de participation sera explicite dans cette méthodologie de recherche, nous, (chercheur) serons «  participant et observateur à temps partiel », c’est-à-dire « participant en public et observateur en privé ».

Etant donné la complexité, d’un point de vue systémique, de l’objet de recherche étudié, nous mettons en œuvre une méthodologie qui s’appuie sur une superposition d’études de cas. Chacune d’entre elle devient alors une unité d’analyse permettant de collecter un ensemble de données empiriques dans un environnement situé et cela indépendamment à travers les sciences de l’information et de la communication. Nous construisons les analyses à partir de cinq terrains complémentaires pour vérifier le corps d’hypothèses, non pas dans un souci de comparaison de terrains, mais bien de vérification partielle d’une ou plusieurs hypothèses au sein d’un terrain d’observation.

En guise de conclusion, nous estimons que la régulation des outils et méthodes mises en œuvre dépend des usages des outils et méthodes précédemment mis en place, d’un porte-parole, faisant corps avec la gouvernance des établissements, et de sa capacité à capter et à corriger, accompagné dans son raisonnement par des usagers.

Selon nous, une nouvelle gouvernance maitrisée, comprenant et agissant en amont de la mise en place des outils des TIC, permet aux universités de développer des spécificités les différenciants des autres établissements et améliorant leur existence dans le paysage de l’ESR.

Sur la base des analyses de ces expériences et de questionnement sur cette notion de gouvernance du numérique universitaire, cette thèse souhaite contribuer à la réflexion sur les gouvernances d’universités, afin qu’elles puissent mieux appréhender l’éducation supérieure du XXIe siècle.

Mots clés : Gouvernance numérique universitaire, TIC, Évolution des organisations, Système universitaire, Dispositif numérique, Usages du numérique, Universités.

Une Frise du numérique dans l’enseignement supérieur français

Faisons un tour d’horizon des principales dates qui ont fondées le numérique de l’enseignement supérieur, ces dates étant repérées par la création de dispositifs permettant le développement du numérique depuis 1992.
Pourquoi 1992 ? Les années 1980-1990 ont fait entrée la France, par l’intermédiaire de l’évolution de l’opérateur historique France Telecom, dans une période de son histoire marquée par la numérisation du réseau : passage de l’analogique au numérique dans les transmissions . L’histoire avant 1992 est ainsi lié eu développement de l’infrastructure des territoires et donc des universités.
Cette frise est en construction et fera l’objet d’une communication ultèrieure, n’hésitez pas à nous contacter pour apporter des éléments complémentaires.

Projet de recherche

Comme les membres d’ICIN du MICA de Bordeaux Montaigne, nous considérons que les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ne peuvent plus être considérées seulement comme un objet technique d’étude. Nous devons nous positionner dans une vision plus globale[1], plus systémique, une pensée plus complexe[2] en associant l’observation de leurs effets sur la société, mais aussi la façon dont les individus s’en emparent et développent des usages du numérique[3]. Cette posture offre une vision plus conceptuelle des TIC, et permet d’envisager une meilleure compréhension

  • des différentes perceptions de cet objet de la part des acteurs de la Société,
  • des impacts sur la gouvernance numérique des organisations.

Cette transformation numérique de la Société, et les questions qui l’entourent, concernent pleinement les sciences de l’information et de la communication (SIC). Et c’est bien sur les effets des TIC, que les SIC prennent toutes leurs puissances d’approche. Pierre Lévy avance concernant la cyberculture apportée par les TIC que « deux thèses s’affrontent à propos des effets des TIC »[4]. La première concerne les « effets d’amplification des travers dénoncés à propos des médias », il faut comprendre ici la perte de relation avec l’espace réel, le repli sur un privé limité en relation. L’autre thèse nous convient davantage car il montre des ruptures plus positives comme « la réanimation de la société civile, le renforcement du dialogue et de l’initiative individuelle par l’interactivité »[5]. Nous estimons qu’il existe surtout des usages différenciés et singuliers des TIC, différenciés par la singularité des individus qui les mettent en œuvre et différenciés, aussi, par le contexte dans lequel cette technologie s’exprime.

Nous estimons que pour qu’un acteur social s’approprie cet objet de pensée, il se doit de lui donner du sens. Les TIC sont généralement perçues comme un ensemble d’outils, des outils tantôt concrets (le matériel, les logiciels) tantôt abstraits (cloud par exemple) pour les acteurs sociaux. Nous pourrions rattacher à cet objet les diverses perceptions que la Société a des TIC, et proposer d’en organiser les connaissances associées. Tenter cette démarche, c’est pour nous aborder conceptuellement les TIC, selon un point de vue sociotechnique, en observant la construction sociale des technologies[6], c’est-à-dire les interactions entre la Société et le monde technologique : nous parlerons alors de numérique. Cette meilleure compréhension pourra permettre à chacun d’entre nous de mieux percevoir la réalité en cherchant des modes de représentation connus, et d’organiser cette connaissance, par exemple en catégorisant les informations recueillies.

Pour reprendre des travaux de P. Chambat, nous pouvons analyser les effets des TIC à travers un discours sur la technique, sur les objets ou sur le quotidien[7]. Ainsi, en saisissant l’un ou l’autre de ces modèles, notre recherche pourra être classée « dans le paradigme de la diffusion (la technique), le paradigme de l’innovation (les objets) ou le paradigme de l’appropriation (le quotidien) »[8].

Cette évolution des problématiques de recherche peut faire débat au point parfois d’opposer la technique et le social, une logique déterministe à une logique organisationnelle, nous préférons la dialogie de Morin.

J’envisage de déposer sur ce blog les éléments permettant  de contribuer à une meilleure compréhension de la gouvernance numérique des organisations publiques, en mobilisant l’analyse stratégique[9], et de porter notre intérêt sur l’impact de l’évolution des usages numériques dans les systèmes d’informations et de communication, y compris dans le contexte de formation.

[1] Rosnay, J. de. (1977). Le macroscope – Vers une vision globale. Paris: Seuil.

[2] Morin, E. (2014). Introduction à la pensée complexe. Paris: Points.

[3] Proulx, S. (2005). Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui: enjeux–modèles–tendances. Enjeux et usages des TIC: aspects sociaux et culturels, 1, 7‑20.

[4] Levy. (1998). Qu’est ce que le virtuel? Paris: La Découverte.

[5] Mucchielli, A. (2006). Les sciences de l’information et de la communication. Hachette éducation.

[6] Bijker, W. E. (1997). Of bicycles, bakelites, and bulbs: Toward a theory of sociotechnical change. MIT press.

[7] Chambat, P. (1994). Usages des technologies de l’information et de la communication (TIC): évolution des problématiques. Technologies de l’information et société.

[8] Kane, O. (2013). Les usages des TIC entre analyse sociotechnique et théories de l’appropriation: état de la littérature. Les enjeux de la communication. Libreville: Presses universitaires du Gabon, 23‑42.

[9] Bernoux, P. (2014). Sociologie des organisations. Initiation théorique suivie de douze cas pratiques (La): Initiation théorique suivie de douze cas pratiques. Points.

 

Une vision de la transformation numérique

Ce carnet a pour objectif de relayer les travaux réalisés dans le cadre de mes recherches sur le transformation numérique de la société et plus particulièrement
dans l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Mon approche est socio-technique, systémique et s’appuie sur le champ de connaissance des Sciences de l’information et de la communication. Ce carnet prend la suite d’un site personnel, souhaitant entrer dans une démarche d’openrecherche. Il vise tout acteur
souhaitant entrer en une meilleure compréhension de la complexité de la transformation numérique : le point de vue sur la stratégie numérique sera récurrent.
Il sera aussi le siège des comptes-rendus de recherches interventions réalisées dans le cadre de mon travail à l’AMUE (deux projets à ce jour).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search