Archives par mot-clé : Numérique universitaire

Same players shoots again

Où l’on fait le parallèle entre un modèle de sociologie des usages et « Les usages du numérique universitaire » de la collection numérique

Préambule : Article paru dans la collection numérique de l’Amue N°22 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’ESRaoût 2022. Auteurs : Bertrand Mocquet et David Rongeat, Pôle Stratégie et Transformation numérique, Amue

Heureux de confier l’édito à Serge Proulx, chercheur québécois qui en 2005, déjà, propose un modèle sous l’appellation de « construction sociale des usages »[1] laissant penser qu’il n’y a pas de stabilité dans la sociologie des usages des technologies numériques mais que des évolutions.

Il souligne aussi que « cinq registres distincts fournissent des catégories analytiques susceptibles de construire l’interprétation des pratiques d’usage que l’on observe »

  1. L’interaction dialogique entre l’utilisateur et le dispositif technique ;
  2. La coordination entre l’usager et le concepteur du dispositif ;
  3. La situation de l’usage dans un contexte de pratiques (c’est à ce niveau que l’on pourrait parler de l’expérience de l’usager) ;
  4. L’inscription de dimensions politique et morale dans le design de l’objet technique et dans la configuration de l’usager ;
  5. L’ancrage social et historique des usages dans un ensemble de macrostructures (formations discursives, matrices culturelles, systèmes de rapports sociaux) qui en constituent les formes.

Il n’y a plus de déterminisme technologique, mais bien une relation de réciprocité entre les technologies numériques et les humains qui les utilisent, l’un nourrissant l’autre et vice-versa…

Transféré dans le contexte du numérique universitaire, nous reconnaissons bien les éléments de construction des solutions technologiques mises en œuvre çà et là dans l’ESR français, et plus particulièrement au sein de l’Amue.

Pour le point 1, on identifie bien les modalités d’ateliers agiles pour les projets comme PC-SCOL ou CAPLAB ou les club’U ou lab’U mis en place chaque année pour les autres solutions proposées aux universités et établissements.

Les points 2 et 3 sont aussi abordés dans le cadre des copils des projets, avec ici une logique de priorisation qui apparait selon des critères indispensables au métier, tout en tenant compte des contraintes budgétaires inhérentes aux politiques publics actuelles. 

Les dimensions politique et morale sont inscrites aussi dans la construction de nos solutions, puisque que la conformité à la règlementation, au RGPD et la PSSI sont des fonctions contraintes. A cela s’ajoute l’ouverture du code, des données, pour lequel l’Amue entame une transformation douce, solution par solution. 

Enfin le point 5, cet ancrage dans notre écosystème, apparait sous la forme de veille abordée de façon régulière depuis 4 ans au sein d’un numéro, notre marronnier de fin d’été. Trois numéros sont ainsi disponibles en complément de celui-ci et proposent des cas d’usages observés et partagés par des collègues montrant toute l’ingéniosité et la créativité au sein d’un établissement. Notre vœu et action sur ce point est bien de vous partager ce panorama d’usages et de pratiques professionnelles dans un contexte universitaire, où le numérique est un levier autant qu’un moyen pour de nombreux domaines.

N°04 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’Enseignement supérieur et de la recherche, juillet 2019N°10 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’Enseignement supérieur et de la recherche  saison 2, juillet 2020
N°16 – Usages numériques dans l’ESR, août 2021N°22 – Des usages numériques multiples et variés dans le contexte de l’ESR, août 2022
Les numéros sur les usages du numérique universitaire

[1] Proulx, S. (2005). Penser les usages des TIC aujourd’hui: enjeux, modèles, tendances. Enjeux et usages des TIC: aspects sociaux et culturels1, 7-20. Disponible https://sergeproulx.uqam.ca/wp-content/uploads/2010/12/2005-proulx-penser-les-usa-43.pdf

La doctrine Cloud de l’État : Retour sur les 18 derniers mois d’une politique publique sur le Cloud

Préambule : Article paru dans la collection numérique de l’Amue N°23 – Les “Infras” de l’Enseignement Supérieur et Recherche, en octobre 2022

Les opportunités relatives à l’informatique en nuage (cloud) ont donné lieu à une stratégie d’amorçage, formalisée dans une circulaire du 8 novembre 2018[1].

Le système d’information de l’État, lui, est régi par le décret n°2019-1088 du 25 octobre 2019[2], précisant notamment le rôle d’animation stratégique, de conseil, de coordination interministérielle et de mutualisation opéré par la direction interministérielle du numérique de l’État (DINUM), sous l’autorité de la ministre de la transformation et de la fonction publiques.

Retenons ici quelques dates permettant de comprendre la trajectoire de politique d’Etat sur le cloud prise depuis ces derniers mois

17 mai 2021 :  Le gouvernement annonce sa stratégie nationale pour le Cloud [3]

Pendant la crise sanitaire, les organisations publiques comme privées accélère fortement leur numérisation pour maintenir leur activité et proposer de nouveaux services.

Compte tenu de ce triple enjeu, transformation, compétitivité et souveraineté, le Gouvernement décide la mise en œuvre d’une stratégie nationale portant sur les technologies Cloud, en cohérence avec les initiatives européennes en la matière.

Cette stratégie s’articule autour de 3 piliers que sont

1/le label « Cloud de confiance », 2/la politique « Cloud au centre » des administrations et enfin 3/une politique industrielle mise en œuvre dans le prolongement de France Relance.

Le but est clair : « protéger toujours mieux les données des entreprises, des administrations et des citoyens français tout en affirmant notre souveraineté » selon Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques et Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques.

Stratégie Cloud de l’Etat, Source DGRI

05 Juillet 2021[4]

Le Premier ministre valide une doctrine cloud de l’Etat français, que le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques. Il importe que l’Etat conserve une capacité d’hébergement en nuage interministérielle interne, mutualisée et opérationnelle, afin d’assurer sa souveraineté dans ce domaine”, réaffirme Jean Castex.  L’Etat français entend s’appuyer avant tout “sur les offres privées présentant les garanties juridiques, techniques, cyber et opérationnelles requises”.

02 Novembre 2021[5]

Le 2 novembre 2021, Cédric O, accompagné de Bruno Le Maire et Amélie de Montchalin,  présente un plan industriel de soutien à la filière française du cloud, dernier pilier de la stratégie nationale du cloud annoncée en mai 2021. Ce volet doté de 1,8 Md€, dont 667 M€ de financement public, 680 M€ de cofinancements privés et 444 M€ de financements européens, s’inscrit dans le cadre du 4ème Programme d’investissements d’avenir (PIA4) et de France Relance.

Cette stratégie mise sur l’innovation et les atouts des cloudeurs français en :

  • soutenant l’essor des offres françaises innovantes, y compris provenant du logiciel libre,
  • accélérant le passage à l’échelle des acteurs français sur les technologies critiques très demandées, telles le big data ou le travail collaboratif
  • intensifiant le développement de technologies de rupture à horizon 2025, telles que l’edge computing afin de positionner la filière européenne comme un futur champion

13 Septembre 2022[6]

En Septembre 2022, Bruno Le Maire et Jean-Noël Barrot, Ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications, réitère la stratégie nationale du cloud et annoncé de nouvelles mesures au profit du secteur numérique « enjeu-clé de la transformation numérique de nos entreprises et de notre administration. »

A l’occasion du déplacement à Strasbourg pour l’inauguration du data center OVHCloud, les représentants du ministre de l’Economie, des Finances, de l’Industrie et de la Souveraineté numérique et du ministre de la Transformation numérique et des Télécommunications propose les cinq mesures suivantes :

  1. Aider les PME à obtenir le visa SecNumCloud.
  2. Renforcer et clarifier la doctrine pour mieux accompagner la transformation numérique de l’exécutif.
  3. Au plus fort de l’évolution technologique, des réglementations ambitieuses en matière d’indépendance numérique sont élaborées au niveau de l’UE.
  4. La Commission européenne doit valider rapidement le cloud Project Important European Common Interest (IPCEI), un projet européen majeur de 5 milliards d’euros pour inventer le cloud du futur en Europe.
  5. Michel Paulin est mandaté pour mettre en place un comité stratégique sectoriel « Confiance numérique » pour améliorer le dialogue entre l’État et l’écosystème.

[1] Circulaire du 8 novembre 2018 relative à la doctrine d’utilisation de l’informatique en nuage par l’Etat https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf/circ?id=44120

[2] Décret n° 2019-1088 du 25 octobre 2019 relatif au système d’information et de communication de l’Etat et à la direction interministérielle du numérique (2019-1088) (2019). https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000039281619/

[3] Dossier de presse https://www.numerique.gouv.fr/espace-presse/le-gouvernement-annonce-sa-strategie-nationale-pour-le-cloud/

[4] Doctrine d’utilisation de l’informatique en nuage par l’Etat (« Cloud Au centre ») https://www.transformation.gouv.fr/files/presse/Circulaire-n6282-SG-5072021-doctrineuutilisation-informatique-en-nuage-Etat.pdf

[5] Plan industriel de soutien à la filière Cloud française https://www.gouvernement.fr/investissements-d-avenir-cedric-o-annonce-une-strategie-d-innovation-de-pres-de-18mdseu-pour

[6] Cloud : cinq nouveaux dispositifs pour soutenir le développement du secteur https://www.gouvernement.fr/actualite/de-nouveaux-dispositifs-en-faveur-de-la-strategie-nationale-pour-le-cloud

Séminaire Numerev – Et si nous parlions de numérique universitaire ?

Date : jeudi 8 avril 2021 14:30

Lieu : En live : http://www.mshsud.tv/spip.php?article1023

Et si nous parlions de numérique universitaire ?

Résumé : 

A travers cette conférence nous tenterons d’expliciter les dynamiques inhérentes aux mutations (des ?) numériques, en les interrogeant dans leur complexité systémique et dans une logique de compréhension par et pour les acteurs de la gouvernance numérique, ces derniers étant tantôt maître d’ouvrage, tantôt utilisateur/usager ? Néanmoins ce sera là une expérience partagée car tous les acteurs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche sont confrontés au quotidien à ces instrumentations/dispositifs/outils numériques, que nous qualifions de « numérique universitaire ».

Ce système universitaire est en pleine dynamique de changements. Un changement de cadre organisationnel, qui depuis le début du XXI° siècle, s’est ré-organisé sur des principes d’économie mondiale de la connaissance, que l’on accepte ou non, et, qui en France, a reçu des modifications réglementaires de manière régulière et successive. Mais aussi, un changement des usagers et membres, durant cette même période, qui avec l’arrivée des usages du numérique ont profondément évolué dans leur façon d’apprendre, de trouver l’information, de travailler ensemble, de dialoguer,…Système instable, obligation de mieux s’organiser, nouvelles pratiques numériques, développement de stratégie locale pour se distinguer, se différencier ou bien résister à une crise sanitaire, autant d’éléments qui nécessitent de développer une maturité numérique pour les universités et établissements au niveau de leur stratégie et de leur mise en œuvre, qui redessine finalement leur propre organisation.

Comment sont reliés les concepts de numérique et d’innovation dans les établissements de l’Enseignement supérieur ? Comment certains établissements ont adoucit l’effet « destructeur » de l’arrivée du numérique ? Quelle forme d’organisation a été mise en place pour accompagner les dispositifs numériques ? A l’heure où les réglementions tendent à développer l’autonomie de l’établissement, existe-t-il des points communs ?

Ressource : le diaporama

Présentation téléchargeable

Replay

Un grand merci à Lise Verlaet